Après le drame de l'Assemblée sanglante, la vie reprend son cours...normalement ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Une Assemblée a lieu en ce moment même, ouverte à tous. Venez nombreux pour participer ! Cependant, n'oubliez pas, les postes sont limités à 40 lignes pour ce topic.
Vous pouvez maintenant participer à de petites quêtes regroupées ici . Venez changer vos Rps !
Vous pouvez aller poster sur ce sujet pour y mettre vos suggestions ou idées pour faire remonter le forum, et tout ce qui vous passe par la tête. Ensemble, faisons bouger les choses !
Nous avons une nouvelle Staffienne, Ombre d'Argent ! Elle est de retour dans le Staff en tant que Modette, alors c'est super !

Partagez | .
 

 N'est-ce donc qu'une utopie ? (texte by mwa ^^)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Plume
Admin Plumette dévoreuse de Chocolat & Mentor RPG. Chef du Clan Eta

avatar

Féminin
Nombre de messages : 738
Age : 21
PUF/Surnom : Fougy pour le moment, trouvez-en un autre si cela vous chantes.
Rang Cours RPG : Alors là... Faudrais que je demande.
Amour : Aucun, et il n'y en aura jamais point.
Autre(s) Compte(s) : Pas pour l'instant.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 04/04/2009

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Nai.

But/Projet
:

MessageSujet: N'est-ce donc qu'une utopie ? (texte by mwa ^^)   12/10/2009, 21:51


Une jeune fille courrait entre les arbres, zigzaguant avec habilité entre les troncs. Elle courait, ses cheveux couleur argent flottaient derrière elle. Elle courrait, et rien ne semblait pouvoir l'arrêter. Pourtant, elle semblait n'y prendre aucun plaisir, ses lèvres, sèches, étaient fixées en une mince ligne dure. Une paire d'ailes blanches, parfois bleues, se dressait dans son dos, immobiles, si bien qu'elles semblaient sans vie. Elle continua sa course, même lorsqu'un gros rocher se présenta devant elle. Alors qu'elle allait se le prendre en plein fouet, arrivée à son pied, elle sauta dessus pour se réceptionner en fléchissant les jambes, s'accroupissant dans le feu de l'action. Elle posa une main à terre avant de se relever. Là, elle s'arrêta. Se retourna.

"Qu'ai-je donc fait, humain, pour que tu me traque comme un fauve le fait de sa proie ?"

Un homme d'une quarantaine d'années sortit des buissons, visiblement essoufflé, armé jusqu'aux dents.

"Tu n'as tout simplement pas le droit de vivre, Archeopse...
- La vie est donc un pêché, pour qu'on me pourchasse ainsi comme une criminelle ?
- Tu manipules quelque chose que personne n'ale droit d'influencer ou de manipuler.
- La jalousie est un bien vilain défaut humain."

La jeune Archépose sauta vers l'homme, dégainant dans la foulée un sabre qui, jusqu'a présent, était rester dans son fourreau, lui-même attaché à la ceinture de l'Archeopse. Elle dirigea habilement sa lame avant de la baisser, laissant ainsi apparaître une ligne de feu sur le buste de l'humain.

"Dernier avertissement, humain."

Celui-ci fit mine de réfléchir et passa son bras derrière son dos, tirant une dague cachée jusqu'a présent. Il voulait sa prime, prime pour avoir tuer quelqu'un dont les gouvernements ne voulaient pas ! Encore un être avide d'argent. Combien y en a-t-il ? Trop pour les compter. Son geste furtif n'échappa pas à l'oeil nocturne de la jeune fille ailée, qui, de nouveau, mania habilement sa lame de façon à trancher en deux cet être immonde.

"Je ne connais pas la pitié face aux êtres avides de sang comme toi, humain. Désolé. Adieu." Elle avait parler d'une voix froide et posée, d"un ton calme ne laissant paraître aucunes émotions.

Elle sauta de nouveau sur le rocher, se fondit dans la nuit et disparut comme un mirage éphémère.

"La Liberté, n'est-ce donc qu'une douce utopie qui me fait encore avancer ?"



PS : Pas de plagiat SVP

Je ferais peut-être une fanfic' à partir de ça pour les intérressés ^^

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Mon Présent n'est qu'Obscurité
Mon Passé n'est que Mort
Mon Futur  n'était que "Plume"
Il n'est désormais  rien d'autre que ce qu'est mon Présent



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Plume
Admin Plumette dévoreuse de Chocolat & Mentor RPG. Chef du Clan Eta

avatar

Féminin
Nombre de messages : 738
Age : 21
PUF/Surnom : Fougy pour le moment, trouvez-en un autre si cela vous chantes.
Rang Cours RPG : Alors là... Faudrais que je demande.
Amour : Aucun, et il n'y en aura jamais point.
Autre(s) Compte(s) : Pas pour l'instant.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 04/04/2009

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Nai.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: N'est-ce donc qu'une utopie ? (texte by mwa ^^)   19/10/2009, 19:29

Chapitre Un




Pourquoi vivre, alors qu’on peut mourir ? Pourquoi fuir, alors qu’on peut tout simplement ne pas bouger ?


La contrainte d’un serment






La jeune Archeopse sauta en bas de l’arbre sur lequel elle était perchée, éveillant un à un ses sens, mesure devenue indispensable désormais pour peut-être réussir à survivre.Elle s’approcha d’un buisson, auprès duquel, la veille encore, elle avait senti une aura. Elle posa la main sur la garde de son sabre, prête à dégainée, mais ce fut un archange qui en sortit, et non un soldat ou un chasseur de prime comme elle le pensait. Elle relâcha légèrement sa garde.

« Qui es-tu ?
- Un simple être dans les ténèbres qui erre à la recherche de la liberté…
- Je ne comprends pas…
- Il n’y a rien à comprendre. Je suis celle que je suis, je vagabonde, j’attends, et je cherche. Et on me recherche.
- Tu es comme moi, alors… »

Il dénuda son épaule sur laquelle une hideuse cicatrice faîte avec la pointe d’un poignard se trouvait, marquant ainsi à jamais sa condition d’esclaves. En revanche, des séquelles étaient présentes sur son corps, et la jeune fille en déduisit qu’il fuyait sa condition. Elle reconnu aussitôt la marque qui ornait son épaule. C’était celle de celui qu’elle haïssait plus que tout au monde. Celui à cause du quel elle n’avait plus de famille. Celui à cause de qui elle devait fuir. Celui qui l’avait priver de sa liberté. Celui qui avait achevé sa famille de ses propres mains. Celui qui avait fait ordonné sa mise à mort.

« Comment te traitait-il ?
- Qui, il ? Mon ancien maître ? Normalement, mais…
- Ne joue pas à ce jeu. JE le connais très bien !! »

Un rictus démonique s’afficha sur le visage du soi-disant Archange. L’Archeopse comprit. Elle savait, maintenant. Et elle aurait dû s’en douter. Elle devait vivre, et pourtant, elle allait mourir. Elle le savait. Et elle n’y pourrait rien. Pourtant, elle devait vivre. Elle en avait fait le serment. Et elle allait échouer là, après tout ça, bêtement tombée dans un piège pourtant prévisible. Elle assomma et envoya bouler le soi-disant « esclave en fuite » plus loin. Elle tendis le bras et fit apparaître un petit portail noir. Elle créa des flèches avec la terre, les fit franchir le portail, et la dizaine de flèches ainsi créées touchèrent toutes un soldat mortellement.

« Tu voulais savoir qui je suis ? Eh bien maintenant, tu le sais ! » Cracha-t-elle.

Elle fit disparaître le portail et fit retomber les flèches en terre, et dégaina son katana. Le cercle de soldat s’était déjà refermé sur elle. Elle ne perdit pas te temps et se mit en action, frappant mortellement tout les soldats à sa portée. Mais bientôt, les soldats furent trop près, elle ne pouvait plus bouger sa lame de façon à porter des coups mortels, et bientôt, elle essaya de regagner cet espace nécessaire à coups de poings qu’elle savait inutiles, qui s’avérèrent inutiles. Bientôt, un soldat leva sa lame pour lui porter le coup fatal. Elle ferma les yeux, en attente de ce coup. Elle avait échouée. Elle allait perdre, là, dans quelques secondes, elle allait faillir à sa promesse. Elle attendit. Le coup ne vint pas. Elle rouvrit les yeux. Les soldats étaient là, fuyants, ou étalés sur le sol, une flèche plantée dans le dos. Elle secoua sa lame de façon à faire partir le sang qui coulait encore dessus. Elle se tourna, rengaina sa lame. Un elfe était là, un arc bandé à la main.

« Merci. »

Elle s’élança à travers la forêt, fuyant cet elfe qui venait de lui sauver la vie. Faire confiance était synonyme de mort dans ce monde, elle l’avait appris très tôt. Et depuis onze ans, elle s’entraînait dans le seul but de survivre. Depuis onze ans, elle apprenait à se servir de diverses armes, à combattre contre ces armes avec toutes sortes d’armes. Elle en connaissait la majorité, la puissance et la vitesse maximum, les parades possibles. Elle était de taille pour lutter contre une dizaine d’hommes, peut-être une vingtaine. Pas plus. Elle n’en avait pas la force. Et c’est depuis son plus jeune âge qu’elle a appris à ignorer le vide qui se créait en elle chaque fois qu’elle tuait. Et maintenant, elle était seule, sans personne pour reposer un peu ses épaules affaiblies par la fuite, par le fardeau qu’elle a toujours porté, par le fardeau qu’elle porte depuis qu’elle est seule. Et elle n’a plus personne pour partager ce fardeau devenu trop lourd pour une seule personne. Et pourtant, elle se tient droite, elle est là, vivante, et elle supporte son fardeau du mieux qu’elle peut.

« Eh, attends !! Je ne sais même pas qui tu es !! Eh !! Ne pars pas !! »

La jeune Archeopse ignora l’elfe, elle ne se retourna pas. Elle continua de courir vers ce lendemain dont elle connaît déjà le contenu. L’Elfe avait beau courir vite, la jeune fille ailée avait l’avantage de connaître le terrain. En un mois, elle ne s’était pas beaucoup déplacée. L’être aux oreilles pointues fini tout de même par rattraper la jeune fille, la stoppa au moyen de sa main.

« Qui es-tu ?
- Un simple être errant à la recherche d’une trop belle utopie.
- Non. Ca ne me dit pas qui tu es. »

LA jeune fille se retourna, plongeant ses yeux de chats dans ceux de l’être en face d’elle.

« Ar…chéopse ? »

La jeune fille hocha la tête.

« Je croyais que les derniers survivants étaient morts…
- Je suis la dernière survivante. Je suis encore en vie, à ce que je sache…
- Qui es-tu ?
- Un simple être qui erre à la recherche de ce qui lui a été enlevé dès la naissance.
- Non, je veux dire… Quel est ton nom ?
- Kusari. Kusari Tsuieru. Elle marqua une pause. Et toi ?
- On me nomme Yoippari. »

Yoippari enleva sa main de l’épaule de Kusari. Il ne s’était pas remis de voir ces fameux êtres dont la légende le berçait depuis sa tendre enfance. En revanche, l’Archeopse adopta une expression neutre. Elle savait que les soldats qui s’étaient enfuis allaient revenir, et avec de l’aide. Et surtout avec des soldats plus forts.

« Dis, Yoru, où vas-tu comme ça ?
- Là où mes pas me guident.
- Tu sais, c’est Hidoinushi Ryuuketsu qui a envoyé ces soldats.
- J’étais pas au courrant, répliqua-t-elle d’un ton ironique. Elle reprit, plus grave. C’est à cause de lui que je suis en fuite.

[fnt=Times New Roman]- Il est toujours le même, » sembla-t-il murmurer pour lui-même.[/font]

Kusari remarqua alors le sang qui coulait sur son bras. Elle se mordit la lèvre inférieur et chercha des plantes dans la forêt environnante. Elle prit les plantes médicinales dont elle avait besoin et releva sa manche, avant de nettoyer son bras avec l’une d’elle et de noué le bandage ainsi fait. Elle fit signe à l’elfe que la décision de la suivre ou pas n’appartenait qu’à lui, mais que les troupes de ce Hidoinushi Ryuuketsu étaient à ses trousses, ainsi que de nombreux chasseurs de primes, et qu’il devrait donc assumer ce voyage sans fin ni but précis. Elle s’enfonça dans la forêt, se dirigeant vers le lieu où elle avait, quelques jours plus tôt, établi son campement. En s’y rendant, elle chassa un animal assez gros pour se nourrir encore quelques jours. Arrivée au campement, elle s’assit et entreprit de dépecer la viande afin de la faire sécher.



À Suivre…



EDIT : Pour ceux qui aurait déja lu le début de la fic', j'ai changerles noms des deuxperso' principaux en vue des futurs chapitres.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Mon Présent n'est qu'Obscurité
Mon Passé n'est que Mort
Mon Futur  n'était que "Plume"
Il n'est désormais  rien d'autre que ce qu'est mon Présent



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Plume
Admin Plumette dévoreuse de Chocolat & Mentor RPG. Chef du Clan Eta

avatar

Féminin
Nombre de messages : 738
Age : 21
PUF/Surnom : Fougy pour le moment, trouvez-en un autre si cela vous chantes.
Rang Cours RPG : Alors là... Faudrais que je demande.
Amour : Aucun, et il n'y en aura jamais point.
Autre(s) Compte(s) : Pas pour l'instant.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 04/04/2009

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Nai.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: N'est-ce donc qu'une utopie ? (texte by mwa ^^)   9/1/2010, 22:17

Chapitre Deux

Un bien sombre monde, une guerre bien inutile, un rêve bien trop pur…

Révélations et Compagnons



Yoippari regarda Kusari dépecer la biche qu’elle avait attrapée. Il regardait ses gestes devenus rapides et précis par l’habitude, comme si elle faisait ça tous les jours depuis longtemps, chose qui était à moitié vrai. A moitié, seulement. Elle ne le fait pas tous les jours. Seulement lorsqu’il le faut. La nuit tomba, si bien que la jeune fille fut bientôt obligée de faire un feu. Elle rassembla rapidement un tas de bois, et tendis sa main au dessus.

« Brûle, Feu Compatissant… »

Quelques petites flammes apparurent sur les plus petites bûches. Elles grossirent d'abbord tout doucement, puis de plus en plus vite, obligeant l’Archeopse à reculer si elle ne voulait pas se faire brûler. Ce qu’elle fit. Un sourire triste passa rapidement sur son visage. Il s’effaça bien vite. Elle se dépêcha ensuite de trouver des branches d’arbre –à terre- de taille suffisante pour son projet. Kusari attacha les bouts de viande aux branches et les mit dans le feu, au cœur de la fournaise réconfortante. Cinq minutes plus tard, elle ramena les branches à elle. Les bouts de viandes ne présentaient plus de traces sanguinolentes. Oui, elle avait réussi à les faire sécher rapidement. La jeune fille se dirigea vers l’arbre le plus proche et en décocha une sacoche –de taille assez importante- et glissa dedans la viande. La peau, qu’elle avait tannée, ferait une couverture ou un habit chaud pour plus tard. Elle la roula donc et l’attacha à l’aide des nerfs de la biche qu’elle prit, avant, le soin de tricoter. Elle posa la couverture à terre. D’un geste rapide, elle sortit de vieilles provisions. Elle en lança à Yoippari qui lança un « Merci » rapide. Elle mangea sa part rapidement. Kusari s’allongea –en boule- et replia ses ailes sur elle. La jeune Archeopse ferma les yeux, bientôt imité de l’elfe.

Le feu s’éteignit doucement, consument les dernières bûches et éclairant les deux jeunes gens endormis. La chaleur réconfortante venait lécher les ailes de l’Archeopse et le corps endormis de l’Elfe. A regarder comme ça, on pourrait presque croire que tout va bien partout, que les deux jeunes gens ont décidé de passer leur lune de miel ici, en forêt, loin de tout. Mais éloignons-nous un moment du calme paisible régnant sur le petit camp improvisé.

Eh oui, loin de tout ça, les fusillades et les combats font rage, même si la nuit est là désormais. Des plaines, des forêts et des montagnes… Sur des kilomètres à la ronde, tout a été rasé, laissant une immense plaine visible et rouge, dont on sent la tension monter de seconde en seconde, les sanglots bien vite étouffer par un cri de guerre, et des êtres sans scrupules s’entretuent, laissant à tout jamais un vide béant dans ce paysage sinistre et désolé au milieu des terres autrefois riches et verdoyantes.

Dans des maisons, des femmes pleurent, voyant leurs maris partir, épée, lance ou fusil à la main, pour une nouvelle heure de gloire. Et elles pleurent encore, devant leurs fils qui partent à leurs tours sur le chemin de la guerre. Et les femmes pleurent encore davantage lorsque quelqu’un toque à leurs portes, l’air grave, un ou plusieurs bracelets à la main, et une liasse de papier rouge en guise de dédommagement. Et partout, c’est la même chose, et ce, dans de nombreux endroits.

Et tout ça pour quoi ? Pour seulement quelques êtres avide de pouvoir, adoré de tout leurs peuples, les poches pleines à craquer d’argent, assis en longueur de journée sur les fauteuils les plus confortables, une couronne d’or sur la tête, une chope emplie de vin à la main, un ventre aussi gros que celui d’un hippopotame, riant au nez de la misère et de la mort. Les épées qu’ils portent sont coincées à tout jamais dans leurs fourreaux, de si belles armes, si redoutables, dans des mains si graisseuses et suintant de mal. Des paroles coulent de leurs bouches tel un venin, promettant d’avantage d’aide, d’avantage de nourriture devant les demandes si désespérées de leurs sujets, et en retour, seulement un soldat qui vient réclamer encore une nouvelle taxe. Et le plus cruel d’entre tous, c’est le pire des serpents aux crocs suintants de venin. Un corps fin et robuste, de garde taille, vêtu d’une cape rouge à l’aura maléfique, un vêtement de combat fin et robuste, mais chaud, une épée coincée dans son fourneau doré transpirant de la cruauté qu’elle doit infligé. Un rire sinistre s’échappe souvent d’une bouche fourchue. Oui, cet être, cet être immonde qui fait tué quiconque est susceptible de le tuer, cet être qui a à son service les meilleurs chercheurs du monde, un être désirant la vie éternel, un être voulant tout dominer.

Eh oui, c’est bien de Hidoinushi Ryuuketsu que je parle, c’est bien lui qui est à l’origine de nombreux carnages. C’est aussi lui qui a fait mettre la tête de Kusari à prix, pour la « modeste » somme de 500 000 000 de Kogane, rien que ça. Une gamine de 14 ans qui a sur sa tête une prime assez importante pour racheter le Pays Epargné, le seul pays qui n’est pas ravagé par la guerre. Une simple gamine tout juste entrée dans l’adolescence, portant le poids de la survie d’une espèce, vous vous rendez compte ? Une simple gamine !!!!

Mais revenons-en à nos moutons.
Les braises s’éteignirent une à une, et peu à peu, l’obscurité se fit plus pesante, l’ambiance plus sinistre. L’aube finit tout de même par pointer le bout de son nez. Kusari se leva, son corps semblant être réglé comme une horloge. Elle secoua l’Elfe –Yoippari.

« Il faut y aller…
Déjà ? -
- Si tu veux mourir, libre à toi de rester là…
- Euuuh…. Tout compte fait…. »

Kusari et Yoippari se mirent en route après avoir fait disparaître toutes traces de campement. Ce n’est qu’après être sortis de la forêt pour se diriger vers le Fort Noir, une forteresse –ou du moins ce qu’il en reste- sur lequel de nombreux mythes et légendes planent. On raconte notamment que les démons, diables et vampires, ainsi que toutes autres créatures malfamées.

« Qui je suis, c'est bien ça ?
- Oui, ...
- Alors écoute...
- Pour que tu emploies ce ton, ce n'est pas de tout repos !
- Depuis toujours, nous avons été haïs de tous avec pour raison la jalousie. Ca, ce n'est pas grave, j'y suis habituée. Mais il y a un moment -quand ? Je ne sais pas, je ne compte plus les jours depuis que je fuis. Il y a un moment, Hidoinushi Ryuuketsu est venu avec ses soldats, beaucoup trop nombreux pour nous, sont arrivés.
- Je ne vois pas la raison de ce désir de vengeance envers lui...
- Il a ordonné à ses soldats de raser notre demeure, et de nous tuer, nous ainsi que toutes créatures vivantes dans la maison... Si j'ai survécu, c'est uniquement grâce à Yuugiri-osan. Il m'a protégé alors qu'il m'ordonnait de fuir...
- Je vois.
- Et toi ? Quelle est la raison pour que tu sois ici ?
- Eh bien, j'ai été chassé de chez moi... Mais... Puis-je t'accompagner jusqu'au bout de ta quête ?
- Elle sera longue et pénible, en plus d'être ardue...
- Ne t'inquiète pas, laisse-moi tu suivre...
- Fais comme tu veux. »

Les deux jeunes gens marchèrent en silence un moment. Soudain, Kusari plongea sur Yoippari.

« Attention !!!! »

Une lance vola et frôla les cheveux de la jeune fille qui fermait les yeux en attente d'un éventuel coup. Un coup qui ne vint pas. La lance se figea dans le sol à quelques pas des deux compagnons.

« Eh beh !
- Intuition. »

Des soldats sortirent des buissons de derrière.

« Fuis. Cours. Pas la peine de se battre, cette fois-ci. »

Ils coururent ainsi un moment, mais finirent par s'arrêter, essoufflés. Ils se retournèrent, et d'un accord tacite, personne n'étant à leurs trousses, ils se mirent à marcher. Petit à petit, un fort noir apparaissait dans le lointain. Au début, ils ne voyaient qu'une masse noire, mais cette masse s'avéra être un fort noir.

« Fort Noir ?
- Oui. On entre ?
- Quand tu veux.
- Alors c'est maintenant. Personne ne s'approche habituellement de ce lieu.
- Pas étonnant, vu l'aura qui s'en dégage.
- Dit toi que des gens ont dû y vivre.
- Heiin ?
- Non, rien.
- Qui y vivait ?
- Mes ancêtres.
- Et que compte tu faire là-bas ?
- Récupérer quelque chose.
- Une arme ?
- Un sabre.
- Un vulgaire sabre ? Tu en as déjà un...
- Non, celui-ci est fragile. Celui que je vais chercher est spécial.
- Un sabre ou un autre, quelle importance !
- Non. Ce que je vais chercher est vraiment très important.
- Je ne comprends pas...
- Fort Noir est un lieu chargé en magie de tout genre, et est donc le lieux idéal pour cacher quelque chose de précieux tout en sachant que quelqu'un le retrouvera, et qu'il tombera dans de bonnes mains.
- Tu en sais, des choses !
- Ce savoir ne se transmet que de bouche à oreille, il n'est écrit nulle part la majorité de ce que je sais. »

Ils se remirent à marcher en silence.


Notes : Après un long combat contre ma flem', voici la suite ^^

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Mon Présent n'est qu'Obscurité
Mon Passé n'est que Mort
Mon Futur  n'était que "Plume"
Il n'est désormais  rien d'autre que ce qu'est mon Présent



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: N'est-ce donc qu'une utopie ? (texte by mwa ^^)   

Revenir en haut Aller en bas
 

N'est-ce donc qu'une utopie ? (texte by mwa ^^)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Flood :: Fictions-