Après le drame de l'Assemblée sanglante, la vie reprend son cours...normalement ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Une Assemblée a lieu en ce moment même, ouverte à tous. Venez nombreux pour participer ! Cependant, n'oubliez pas, les postes sont limités à 40 lignes pour ce topic.
Vous pouvez maintenant participer à de petites quêtes regroupées ici . Venez changer vos Rps !
Vous pouvez aller poster sur ce sujet pour y mettre vos suggestions ou idées pour faire remonter le forum, et tout ce qui vous passe par la tête. Ensemble, faisons bouger les choses !
Nous avons une nouvelle Staffienne, Ombre d'Argent ! Elle est de retour dans le Staff en tant que Modette, alors c'est super !

Partagez | .
 

 Rencontre avec un chat des clans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Rencontre avec un chat des clans   29/2/2012, 13:49

Nuit avançait lentement, à l'affût de la moindre proie qui pointerait le bout de son museau. Ses pattes effleurant l'herbe humide de rosée, il se coula sous un buisson et s'accroupit pour mieux observer. Le soleil venait à peine de se lever, perçant la voûte des arbres, et la faim le tenaillait déjà. Il se donna quelques coups de langue sur le poitrail, histoire de se donner une contenance, tout en gardant les oreilles dressées.
Il pouvait entendre le pépiement des oiseaux qui s'éveillaient voletant d'une branche à une autre, lui mettant l'eau à la bouche, mais il ne savait pas les chasser. Il se contenta donc de les regarder à travers le feuillage, silencieux et immobile. Sa mère ne lui avait appris qu'à attraper les souris et les rats, les plus faciles, à part les poubelles et les gamelles bien sûr. Son cœur se serra à son souvenir et il ferma les yeux, la douleur se rappelant à lui.
Elle avait disparu depuis une semaine déjà, et la plaie ne s'était toujours pas refermée. Seule la nécessité de devoir se débrouiller pour survivre lui avait fait mettre, provisoirement, son chagrin de côté. Il ne savait pas où il se trouvait, la rivière les ayant emportés plus loin qu'il ne l'avait cru, et il n'avait pas réussi à la retraverser. Face à l'eau tumultueuse il se retrouvait tétanisé par la peur, incapable d'y entrer.
En désespoir de cause, coincé de ce côté de la berge, il avait erré sur ce territoire inconnu, motivé par le seul instinct de survie. Il l'incitait également à cacher le plus possible sa présence, qui pouvait rapidement lui attirer des ennuis. Il avait en effet entendu des histoires, en ville, sur des bandes de chats vivant dans la forêt mais il n'avait jamais tenu à vérifier ces rumeurs. Maintenant qu'il s'y trouvait, qu'il l'ait voulu ou non, il n'avait pas le moins du monde envie de tomber sur un groupe de chats sauvages, furieux qu'on ait envahit leur territoire. Il avait suffisamment de problèmes comme ça !
Soudain, le fil de ses pensées fut interrompu par un bruit d'aile. Un rouge-gorge se posa à un saut de lapin de lui, à la recherche de graines tombées du buisson où il se cachait. C'était inespéré! Il n'allait pas le rater celui-là, à condition d'être rapide. Et puis de toute manière, un oiseau ne devait pas avoir un bon odorat, ni une bonne ouïe, non ? Dès qu'il aurait le dos tourné il lui sauterait dessus, avant même qu'il ait pu dire ouf ! Il se prépara donc et bondit, toutes griffes dehors, pour voir l'oiseau s'envoler dès qu'il eut quitté le sol. Il se posa sur la branche d'un arbre en face de Nuit et, pas plus secoué que ça, il fit la toilette de ses ailes.
-Il me nargue, c'est sûr, grommela le chaton. Tu ne perds rien pour attendre le piaf !
Et, dépité, il s'assit et se nettoya les pattes. Il allait retourner sous son buisson lorsqu'une brise inopinée lui apporta une nouvelle odeur. Il leva le museau en l'air, curieux, et renifla. Un chat ! Le poil soudain tout hérissé il se tourna vers sa provenance, tendu, maudissant sa malchance.


Dernière édition par Nuit le 12/12/2012, 00:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 24
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   27/3/2012, 11:44

La nuit était calme au Clan de la Rivière. Au loin, alors que le printemps montrait le bout de son nez, on pouvait entendre le ruisseau qui recommençait à gazouiller joliment, berçant le sommeil de ces chats des eaux. Museau de Givre, lui, ne dormait pas, comme à ses habitudes. Il préférait garder les yeux ouverts, plutôt que de sombrer dans un sommeil qui risquait de lui faire baisser sa garde. En cette fin d’hiver, les maladies n’étaient pas rares et même si elles n’étaient presque jamais graves, une épidémie était vite arrivée. Il ne voulait en aucun cas manquer un signe qui annoncerait une telle catastrophe.
Décrit ainsi, le guérisseur pouvait passer pour pessimiste, mais il ne l’était pas. Son amour inconditionnel pour son Clan le rendait juste quelque peu extrême dans ses façons de voir les choses et de penser. C’était là, d’ailleurs, son principal défaut. Il lui arrivait très souvent de se négliger pour le bien de ses confrères. Pour prendre un exemple concret, pendant cet hiver, son Chef avait était obligé de lui apporter un poisson, fraichement pêché, dans sa tanière. Le matou aux trois couleurs avait eu beau insister en disant que les reines en avaient bien plus besoin que lui, Etoile d’Argent n’avait pas cédé et était resté, en personne, surveiller qu’il mange tout.
A ce souvenir, Museau de Givre se permit un petit sourire, malgré la culpabilité qui lui nouait encore un peu le ventre. À ce moment-là, la pile de gibier était abondante -du moins, pour la saison-, mais il était comme ça.

Interrompant ses pensées, il vit que le soleil commençait à se lever, inondant le Camp de sa lumière orangée. Émerveillé par une telle couleur, le matou resta un moment à le contempler « les yeux dans les yeux ». De l’extérieur et sans le connaitre, on aurait pu croire qu’il s’agissait d’un chaton qui observait cet astre se lever pour la première fois. C’était loin d’être le cas, mais il s’en moquait un peu. Il aimait ce moment de la journée où l’obscurité était forcée de laisser place à la lumière. Son esprit s’envolait, se faisait plus léger. Il oubliait tous ses problèmes, toutes ses contraintes qui, même s’il les acceptait avec joie, pesaient sur ses épaules de chat.

Le guérisseur inspira une grande goulée d’air. Alors que ses amis et confrères se réveillaient petit à petit, il passa faire un tour dans plus ou moins toutes les tanières, histoire de vérifier que tout allait bien. Il s’attarda quelques minutes de plus à la pouponnière, demandant aux mères présentes si la nuit s’était bien passé.
Une fois rassuré, il s’autorisa à sortir. Il voulait se dégourdir un peu les pattes, pendant qu’il en avait le temps. Ce n’était pas parce qu’il ne dormait pas et mangeait peu qu’il devait se laisser aller à perdre sa condition physique. Si une guerre devait éclater -ce qui n’était absolument pas d’actualité- sa vitesse et son agilité lui serait d’une aide précieuse.

Museau de Givre arriva, donc, bien vite à la rivière qui bordait le territoire. Un peu essoufflé, il fit une halte là et se désaltéra avant de plonger son regard bleu-vert sur la forêt devant lui. Là-bas vivait le Clan du Tonnerre. Aujourd’hui, ils s’entendaient bien mais ça n’avait pas toujours était le cas. Il repensa alors aux querelles qu’il y avait eu sur leurs Terres d’avant. Avant qu’ils ne doivent changer de place, avant qu’ils ne trouvent leurs territoires actuels, avant que le Clan du Chaos ne cherche à les chasser, avant que son mentor ne meure.

Mais la déprime n’eut pas le temps de l’engloutir qu’il entendit, non loin de là, un animal faire du bruit. Ce n’était pas une proie : trop grande, trop grosse. Ce n’était pas un chat de la forêt : trop... Empoté.
Doucement, sur la pointe des pattes, il s’approcha de l’individu. Il se servit d’un buisson pour se cacher des yeux du jeune chat -puisqu’il s’agissait en effet d’un chaton-. En l’observant attentivement, le matou devina qu’il chassait. Sa technique n’était même plus médiocre tant elle était mauvaise et c’était, sans surprise, qu’il rata de sa prise. Il avait choisi l’oiseau, une des proies les plus difficiles à attraper.
Reniflant un peu l’air pour découvrir l’identité de ce petit, le guérisseur de la Rivière se rendit compte qu’il n’appartenait à aucun Clan. Pire encore, il sentait la ville. Aussitôt sur ses gardes, malgré la faiblesse de la menace, Museau de Givre sortit de son abri et s’avança vers lui. Peut-être qu’il n’était pas seul, qu’il était venu avec toute une bande ou alors, qu’il s’était égaré et que ses parents trainaient par là. Un instant, il se demanda si c’était une bonne idée de se montrer. Et si d’autres chats venaient à pointer le bout de leur museau ? Il serait alors dans un pétrin monstre.
Mais il ne sentait aucune autre odeur et continua d’avancer. Le chaton au poil noir mit quelques minutes à le repérer et se mit aussitôt à cracher, le dos rond et sa fourrure dressée sur lui. Voilà que tout jeune comme il l‘était, il se permettait de le provoquer, alors qu’il aurait tout aussi bien fait de s’enfuir.

- Que fais-tu sur notre territoire Jeune Chat ?

Sa voix s’était faite aussi calme et neutre que ce que son statut de guérisseur le lui permettait. Repoussant ses pensées hostiles, il tentait de garder à l’esprit les paroles du Clan des Etoiles sur la conduite à tenir envers son prochain. Il marcha encore un peu, jusqu’à ce qu’il soit totalement visible aux yeux du noiraud. Il avait bien en tête qu’il n’était pas le plus imposant des membres de son Clan, mais il avait quand même la carrure solide, surtout avec son pelage d’hiver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   15/5/2012, 14:38

Affolé, le chaton sentit l'odeur de sa peur, et son cœur rata quelques battements. Il était finalement repéré, après une semaine de vagabondages. A travers les hautes herbes le chat étrange s'approchait de lui, dans l'intention manifeste de ne pas le laisser partir, en tout cas pas tant qu'il n'aurait obtenu de lui ce qu'il voulait. Ébouriffé il cracha de plus belle, pour ne pas montrer son infériorité, même s'il ne se faisait pas d'illusions.
Certes ce chat était maigre, mais il était surtout beaucoup plus grand, et sa silhouette souple laissait transparaître sa vélocité. Il émanait également de lui une certaine aura, mais le chaton n'aurait su mettre de mots sur cette impression, ni en expliquer l'origine.
Tandis que l'animal avançait, se révélant complètement à la lumière du soleil, Nuit avait le cerveau en ébullition. Il pouvait s'enfuir, mais il le rattraperait vite et le maîtriserait aisément. Dans la bagarre il pouvait même être sérieusement blessé, et affaiblit comme il l'était il ne donnerait guère de fil à retordre à son adversaire. Vu son allure, le matou vivait sûrement toute l'année dans ces bois, à la dure, il était aguerri. Non, la fuite n'était pas la bonne solution. Lui mentir alors, l'embobiner ? Mais cette seule idée le déprima, et il la rejeta. Ne sachant que faire, Nuit resta immobile quand le chat, s'adressant à lui, coupa court à ses réflexions :
- Que fais-tu sur notre territoire jeune chat ?
Il demanda cela d'une voix calme, diminuant d'un coup la peur du chaton, mais accroissant d'autant plus sa méfiance. Une envie furieuse de ne pas lui répondre monta en lui : après tout, ses problèmes ne le concernaient pas. Sauf qu'il était sur son territoire, qu'il était affamé et qu'il avait besoin d'aide, notamment pour apprendre à chasser.
Estimant ces raisons suffisantes il se ravisa, décidant de lui répondre sincèrement, mais le moins possible. En effet, la survie en ville lui avait appris une chose : diminuer au plus la prise que l'on pouvait avoir sur toi, de cette façon on ne risquait pas de te trahir. Et Nuit ne voulait plus s'attacher à quiconque. Il lâcha donc d'une petite voix, le plus poliment du monde :
- Je suis désolé, je me suis perdu. Je ne voulais pas empiéter sur votre territoire. Est-ce que vous pourriez m'aider ?
Inquiet d'avoir avoué sa faiblesse, il observa la réaction du matou prêt à détaler si nécessaire. Tant pis pour les conséquences, il n'était plus à ça près dorénavant. Et si ce chat lui ordonnait de retourner en ville, il n'en ferait rien. Il n'y avait plus rien pour lui là-bas, il chercherait un autre endroit. Résigné, il attendit alors sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 24
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   4/7/2012, 23:00

Rester neutre : Museau de Givre devait rester neutre. Ce chaton semblait n'avoir absolument aucune idée de là où il se trouvait et encore moins des risques qu'il avait pris en entrant sur le territoire de son clan. Puis le matou tricolore devait, aussi, bien garder en tête les enseignement de son feu mentor et du clan des Étoiles : « Tout chat dans le besoin tu soigneras. ». Alors oui, même si le nouveau venu pouvait être considéré comme un intrus, il n'en restait pas moins un chaton qui semblait, par dessus tout, affaibli et affamé. Cependant, il ne tomba pas non plus dans l’extrême inverse. Il ne devait pas le prendre en pitié et lui faire confiance dès les premières paroles prononcées. Il ne connaissait que trop bien la mentalité de certains chats errants, et il les supposait tout à fait capable d'envoyer un vulnérable petit en éclaireur. Tout ça sans aborder le sujet « Clan du Sang », mais mieux valait pour lui qu'il n'y songe pas. Il n'aurait plus du tout la moindre envie de respecter quel code que ce soit.

Alors, après avoir demandé ce que le jeune chat faisait sur le territoire de la Rivière, il l'observa. Celui-ci donnait comme l'impression d'être irrité par ses paroles. Le guérisseur hésita entre trois hypothétiques attitudes à avoir. L'une consistait simplement à l'ignorer, la suivante à s'outrer d'un tel comportement alors qu'il se trouvait face à un aîné, d'une part, et à un inconnue, d'autre part. La dernière, elle, l'aurait fait se moquer de ce petit jeunot qui voulait tout simplement montrer qu'il n'avait pas peur alors qu'il devait être intérieurement, mort de trouille -ou, tout du moins, pas tranquille-.

Mais alors que Museau de Givre pesait encore, discrètement, le pour et le contre de chaque possibilité, son vis-à-vis reprit la parole et lui répondit. « Perdu » qu'il disait. Il aurait bien aimé le croire, mais comme le guérisseur était ce qu'il était, une pointe de doute resta bien présente dans son esprit. Pour cette raison, il posa une autre question, qui fit office de réponse à celle du noiraud.

- Et qu'avons-nous, mon Clan et moi, à y gagner ? Tu es en tort Jeune Chat, tu n'as pas vraiment la position qui te permettait de demander ce genre de services.

Toujours aussi neutre, la voix du guérisseur ne laissait transparaître aucune vanité ou quoique ce soit du même genre. Non, il ne jouait que son rôle, à savoir : celui de protéger son Clan. Il rajouta tout de même quelques petits mots, pour ne pas apparaître, non plus, pour le grand méchant renard de la forêt.

- Es tu conscient de ça ? Je ne te veux pas de mal, mais je me dois de me méfier.

Sur ce, il planta son regard bleu-vert dans celui encore tout jeune du chat noir et attendit une réponse, ou un quelconque indice qui pourrait lui indiquer que lui et ses congénères n'avaient rien à craindre. Il devrait, dans tous les cas, en parler à Étoile du Présage. Elle était la seule à pouvoir juger de la meilleure décision à prendre. Ainsi, il nota dans un coup de son esprit, qu'à un moment ou à un autre, il devrait mener l'inconnu au camp. Mais avant tout chose, il devait en apprendre plus. Bien plus sur lui.

- Quel est ton nom ?

Voilà une information qui pourrait lui être fort utile dans l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   30/8/2012, 00:44

Assis devant lui, le félin ne semblait pas vraiment convaincu, mais c'est d'une voix neutre qu'il répliqua :
- Et qu'avons-nous, mon Clan et moi, à y gagner ? Tu es en tort Jeune Chat, tu n'as pas vraiment la position qui te permettait de demander ce genre de services. Es-tu conscient de ça ? Je ne te veux pas de mal, mais je me dois de me méfier.
A ces mots, les pensées se bousculèrent dans sa tête. Nuit se rendit compte qu'il avait mis la patte dans de sérieux ennuis, et la journée ne faisait que commencer ! En fin de compte, il aurait peut-être mieux fait de s'enfuir n'importe où ailleurs, il était un intrus pour ce chat. Celui-ci le considérait même comme une menace potentielle pour son « Clan » : il se méfiait ! Réfléchissant à ces paroles, il se mit à triturer le sol de ses pattes, quand le matou demanda :
- Quel est ton nom ?
Cette question soudaine l’interrompit dans ses réflexions. Il sursauta et, déconcerté, marmonna une réponse d'une intelligence rare, du genre :
- Gneumellenui. Euh,... je veux dire...Nuit. Je m'appelle Nuit.
Consterné, le petit se dit qu'il était difficile de faire plus empoté, sa crédibilité venait de s'envoler en même temps que l'oiseau et sa pitoyable tentative de chasse. Il n'était décidément bon à rien : incapable de sauver sa mère, il l'avait juste regarder se noyer. Frissonnant, il se ressaisit d'un coup. Se lamenter sur son sort ne servait à rien, et s'apitoyer sur soi-même ne pouvait inspirer que le mépris. Il n'oubliait pas sa mère, mais il devait repousser le moment de son deuil. De la chatte qu'il avait aimé plus que tout, il ne possédait que des souvenirs, et Nuit s'acquitterait de son devoir en temps et en heure, afin qu'elle trouve la paix.
Revenant au présent, le chaton baissa la tête, se sentant coupable. Le matou en face de lui l'avait sûrement observé depuis le début, sans qu'il le remarque. Un chat de la forêt ne devait avoir aucun mal à passer inaperçu, il l'avait vu chasser l'oiseau, et sur son territoire en plus. Mais il n'allait pas se laisser mourir de faim ! Il fallait trouver une solution, convenable pour tout le monde, sinon idéale.
Soit il partait -il n'avait pas à voler le gibier des autres-, soit avec son accord il restait, et se rendait utile. Échange de bon procédé. Et aller mourir plus loin ne le tentait pas vraiment, il préférait la deuxième solution. Quoique apparemment... la décision ne dépendait pas que de ce matou. Évidemment, son « Clan » avait son mot à dire.
Incertain, Nuit hésitait encore. Ils pouvaient très bien ne pas vouloir de lui, même si c'était temporaire. Surtout si c'était temporaire, en fait. Comment, dans ce cas, lui faire confiance ? Lui-même avait le plus grand mal à l'accorder. Fatigué, la tête commençait à lui tourner, avec toutes ces réflexions plus contradictoires les unes que les autres. Il prit finalement sa décision, et répondit alors à l'inconnu :
- J'ai juste besoin qu'on m'apprenne à me débrouiller et promis, après, je m'en irai. Vous n'entendrez plus parler de moi... Je ferai ce que vous voudrez en échange, je ne suis pas un ingrat, je ne veux de mal à personne.
Et avant qu'il ne puisse s'en empêcher il rajouta :
- Je m'excuse pour l'oiseau.
Mortifié, il se tut, et n'eut pas le courage de demander à son tour son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 24
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   5/10/2012, 15:16

Le chaton noir sembla complétement désarçonné par les paroles du guérisseur. À quoi s’attendait-il ? Ici, il n’était plus chez les Bipèdes, ni même en ville. Dans la forêt, ils luttaient tous chaque jour pour leur survie. N’importe quel chat, connu ou inconnu, représentait une menace. Seuls les amis étaient accueillis à pattes ouvertes. Et puis Museau de Givre avait entendu parler des horreurs qu’étaient les chats errants. Ils étaient capables de tout par envie, par désir, ou ne serait-ce que par pure cruauté. Même si ce chat noir n’était encore qu’un jeune félin, il pouvait ne pas être seul. Il fallait donc se préparer à n’importe quelle éventualité.
Ainsi, il commença par lui demander son nom et fut surpris d’obtenir une réponse aussi rapidement. Le petit s’appelait donc Nuit. Voilà qui confirmait qu’il ne venait pas de la forêt. Son nom sonnait tellement... Humain. Cependant, il ne montra rien de ses pensées et l’écouta parler, alors que son vis-à-vis tentait, apparemment, de se faire encore plus petit que ce qu’il l’était déjà. La tête fixée au sol, il avait les épaules basses.

À ce moment-là, Museau de Givre nota quelque chose qu’il n’avait, jusque-là, pas remarqué : Nuit était vraiment mince, pour ne pas dire maigre. Depuis combien de temps était-il tout seul ? Cette information lui permit de mieux comprendre sa présence sur leur terre. Et, aussi, d’effacer l’hypothèse comme quoi il était un envoyé quelconque d’une bande de chats malfaisants. Ils avaient beau être ignobles, le guérisseur espérait qu’ils ne l’étaient pas au point d’affamer leurs petits. Quoiqu’à y penser, les anciens lui avaient parfois conté les histoires des anciens meneurs de l’Ombre, notamment. On disait qu’un de leurs chefs s’étaient mis, un jour, à envoyer à l’entrainement les chatons une ou deux lunes avant l’âge requis. Bien trop jeunes pour supporter les efforts intenses qu’il fallait fournir, plusieurs d’entre eux n’avaient pas survécu.

Secouant la tête, le matou revint au présent. Son absence ne s’était pas beaucoup vue, il était devenu un maitre dans l’art de la dissimulation de ses états d’esprit. Ce n’était pas un tout jeune chat qui allait réussir à voir à travers lui. Et puis même si son esprit s’était quelque peu évadé, il avait entendu le discours du jeunot. Il prit donc le temps de réfléchir à ses dires. C’était vrai qu’un chaton, même s’il ne venait pas de la forêt était toujours bon à prendre. Il pourrait s’occuper des taches au clan, comme enlever les tiques des anciens, ou encore, changer les litières. Et puis si lui-même le prenait sous son aile, il lui serait d’une grande aide. Un bon guérisseur avait toujours besoin d’aide. Le matou de la Rivière ne voulait certes pas d’apprentis, mais le cas présent était différent.

- Pour l’oiseau, ne t’en fais pas. De toute façon, tu ne l’as pas eu, donc tu ne nous as pas privés d’une proie. De plus, nos réserves sont pleines.

Peut-être que Nuit ne comprendrait pas un mot de ce qu’il lui disait, mais tant pis. Il n’avait pas envie de s’expliquer tout de suite, surtout que cela risquait d’être inutile, si sa Chef refusait de le laisser les rejoindre quelque temps. Parce que oui, même si lui était d’accord pour l’accueillir, rien ne se ferait sans qu’Étoile du Présage ait donné son autorisation. Ainsi, il lui répondit.

- Pour ma part, je ne vois aucune objection à ta proposition. Je suis d’accord pour te prendre sous mon aile le temps que tu saches te débrouiller. Mais il faut que tu voies ma Meneuse. Elle seule décidera de ton sort.

Une chose alors traversa l’esprit de Museau de Givre. Il était guérisseur, s’il avait pensé à l’aide que pourrait lui apportait le jeune, il songea à l’enseignement que lui-même pourrait lui fournir. En plus de pouvoir lui apprendre les principales techniques de chasses et de combat, il pourrait lui enseigner quelques notions de médecines. Cependant, comme il l’avait dit, il ne pouvait rien décider tout seul.

- Suis-moi.

Sur ces mots et après lui avoir fait un signe du bout de la queue, il intima à Nuit de le suivre. Très vite, ils s’éloignèrent de la rivière pour rejoindre les terres intérieures de son clan. Tout cet espace lui apparaissait comme rassurant : il savait qu’il était chez lui. Sûrement qu’il en était différemment pour le jeune chat. Cependant, Museau de Givre ne s’attarda pas sur ce fait : il n’allait pas montrer de compassion pour si peu. Il n’était même pas encore sûr qu’il rejoigne leur rang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   13/11/2012, 19:42

Pour la première fois depuis qu'il parlait à ce chat, Nuit se détendit légèrement. Se donnant un petit coup de langue sur le poitrail, il se permit même une petite vague d'espoir, se rendant compte qu'il lui sauvait la vie. En ville une bande de chats errant aurait eu vite fait de le tuer, ou de l'utiliser en le menaçant. Il n'était pas bon de rester seul, dans la rue. Avec sa mère ils n'étaient que deux, ce qui suffisait pour éviter les ennuis, à condition de ne pas se faire remarquer. Or ce chat non seulement ne l'avait pas attaqué, mais il était même prêt à l'aider. Certes il n'avait pas été particulièrement chaleureux, ce n'était pas non plus gagné d'avance, mais c'était compréhensible et si ce chat acceptait de le prendre en charge, sa meneuse aussi peut-être ?

Le matou agita soudain la queue, lui demandant de le suivre, et le chaton bondit sur ses pattes pour courir derrière lui. Et si c'était un piège ? C'était trop beau pour être vrai, il allait sans doute droit devant une cruelle désillusion. Reprenant ses esprits, Nuit secoua la tête, agacé. Il commençait vraiment à devenir paranoïaque, quel intérêt pour ce chat de la forêt de piéger un chaton de la ville ? N'importe quoi, s'il continuait comme ça il finirait par ne plus reconnaître ses amis de ses ennemis, et il mourrait seul, aigri.

S'empêchant de penser à cette joyeuse perspective il se concentra alors sur la direction qu'ils prenaient, à l'opposé de la rivière, et il s'en réjouit. Sa dernière expérience avec l'eau était suffisamment pénible, pour ne pas dire traumatisante. Le souvenir de l'étreinte glacée des flots le fit brusquement frissonner et il trébucha, mais se ressaisit bien vite pour rattraper l'écart qui commençait à se faire entre eux. Ce chat était infatigable, pensa Nuit, une vraie machine. Mais il n'était pas question, pour le chaton, de montrer ce qui lui en coûtait de tenir le rythme. Il s'était engagé à rendre ses services, au matou et à son clan, et ils n'avaient certainement pas besoin d'un incapable, d'une bouche inutile.

Peu à peu ils s'enfoncèrent dans les terres, et le chaton fut ravi de sentir la terre moelleuse sous ses coussinets, au lieu du goudron puant et rugueux qui faisait récemment son quotidien. Le nez au vent il reniflait les odeurs qui l'assaillaient de toutes parts, ces fragrances nouvelles lui semblant être bon signe. Le parfum des proies venait lui chatouiller délicieusement les narines, plein de promesses pour son estomac gargouillant. Tout à ses projets de repas, le museau en l'air, il ne vit pas la flaque boueuse, sournoisement cachée à sa vue, derrière une souche. Lorsqu'il sauta de celle-ci il se retrouva le ventre au contact de l'eau et, surpris, il cracha de peur et de dégoût. Il sortit de cette eau sale le poil hérissé, l'odeur de sa peur collée à lui. Grommelant contre cette mauvaise surprise il continua sa course, réprimant l'envie de demander une pause. Il continua de courir, haletant, et l'excitation commença à monter en lui. L'ivresse de l'inconnu lui montant à la tête, il zyeutait partout autour de lui, poussé par la curiosité. Ses pattes heurtaient le sol meuble à coups réguliers, les muscles tendus et brûlant, et Nuit se sentit plus vivant que jamais. Ses poumons se remplissant d'air frais à intervalles rapides, une foule de sensations l'envahissait, terriblement enivrante. Laissant ses douloureux souvenirs, il courait et bondissait à la suite de ce chat qu'il ne connaissait pas, vers un lieu qu'il connaissait encore moins, mais convaincu que ce qui l'attendait ne serait que meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 24
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   12/12/2012, 15:44

- TERMINE -
- Suite ici -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rencontre avec un chat des clans   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre avec un chat des clans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vivre Avec Un Chat FIV+ ( sida du chat)
» chat sauvage et chat d appartement
» Anniversaire Claudius
» Problème avec mon chat.
» Bug avec mon chat.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Corbeille des RPs-