Après le drame de l'Assemblée sanglante, la vie reprend son cours...normalement ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Une Assemblée a lieu en ce moment même, ouverte à tous. Venez nombreux pour participer ! Cependant, n'oubliez pas, les postes sont limités à 40 lignes pour ce topic.
Vous pouvez maintenant participer à de petites quêtes regroupées ici . Venez changer vos Rps !
Vous pouvez aller poster sur ce sujet pour y mettre vos suggestions ou idées pour faire remonter le forum, et tout ce qui vous passe par la tête. Ensemble, faisons bouger les choses !
Nous avons une nouvelle Staffienne, Ombre d'Argent ! Elle est de retour dans le Staff en tant que Modette, alors c'est super !

Partagez | .
 

 Premier entraînement sous le soleil, soleil éclairant les collines.. ♪ PV Panda Nuageux ♥ {ABANDONNE}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espoir d'Oxyde
P'tit Nouveau.

avatar

Masculin
Nombre de messages : 44
Age : 21
PUF/Surnom : Bouboule ~ Rouille ~ Dragibus.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Si jamais...
Autre(s) Compte(s) : ~ Fumée du Ciel
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 19/02/2012

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: ...

But/Projet
:

MessageSujet: Premier entraînement sous le soleil, soleil éclairant les collines.. ♪ PV Panda Nuageux ♥ {ABANDONNE}   1/11/2012, 23:06

Premier entraînement sous le soleil, soleil éclairant les collines.. ♪     PV Panda Nuageux ♥



« Le plus important n’est pas forcément le temps que tu passes à t’entraîner, mais la façon dont tu le fais. »









Un doux bruit se propageait délicatement dans l’air, flottant sur les notes du son. Un bruit simple, agréable, annonciateur. Le délicat piaillement des volatiles s’entendait au loin, toutes ces créatures s’éveillent tranquillement, profitant du chaud soleil de la matinée.  Le félin au pelage de rouille se réveillait imperceptiblement, prenant tout son temps. Oui, car le temps il en avait, toute sa vie même. Mais au fond de lui, tout son corps voulait se dépêcher le plus rapidement possible, car aujourd’hui était un beau et grand jour pour lui, mais pas que pour lui. Aussi pour son apprentie, celle qui l’accompagnait chaque jour, et pas que dans les entrainements. C’était aussi sa sœur, sa douce et fructueuse sœur, son énergie vitale. Le chat qui dormait pour l’instant ouvrit en même temps ses deux paupières, laissant découvrir deux prunelles d’un vert profond. Ce regard contrastant rigoureusement avec les parois lisse et sans vie de la grotte où il se trouvait. D’un côté la vie, de l’autre une attente immortelle... Une attente infinie, jusqu’à la fin des temps. Le félin se leva, puis entreprit de faire sa toilette pour être présentable quand il sortirait. Après cela, le matou prit le chemin de la sortie de sa tanière, l’air envoûtant dans l’esprit.  Arrivé près de l’ouverture de la grotte, il aperçut un rai de lumière, transportant quelques feuilles solitaires dans la grotte. Elle contrastait avec l’obscurité de la caverne, et le félin aperçut comme une présence qui murmurait son nom dans cette lumière chaude du matin. Comme un fantôme de bonté, d’ardeur brûlante. Mais il s’ébroua et tout disparût. Le chat sortit de la sécurité de la grotte pour aller au devant, de sa vie et de son destin, quoi qu’il advienne.

Espoir d’Oxyde fût éblouit un instant par l’éclat aride du soleil, montrant toute sa force sur la nature. Il semblait désert par rapport à la brise chaleureuse et joueuse qui soufflait, par rapport aux frivoles feuilles qui dansaient partout sur le sol, tombées des arbres qui commençaient à prendre leur manteau invisible de l’hiver. Le dôme azur au dessus de lui avait prit la nuance du bleu pour le matin, palette de couleur rendant si bien avec le blanc laiteux des nuages. Une belle journée de cette saison si capricieuse qu’est la saison des Feuilles Mortes. Aujourd’hui est une belle journée, mais demain ? Le temps était tellement imprévisible, mais le chat au pelage de teinte orangé adorait cela. Connaître tout les secrets des vents, des tempêtes et des pluies, leurs sens et explications, le félin pouvait réfléchir à cela pendant des heures, et n’importe où ! C’était une manie chez lui, de plus il adorait tout les objets étranges et mystérieux qu’il pouvait trouver. Espoir d’Oxyde traversa tranquillement de sa démarche solide le camp, zieutant partout pour voir si quelque chose clochait. Mais il ne vit que des chats relaxés et tranquilles qui se réveillant ou bien parlaient calmement. Des apprentis causaient de leurs exploits, disant ci ou ça comme technique de combat ; les guerriers discutaient de tout et de rien ; les Vénérables conversaient  sur la saison présente et celle à venir, grognant parce qu’ils auraient sûrement mal quelque part. Et enfin les reines regardaient fièrement, peut-être trop même, leurs progénitures faire ci et ça, réprimandant gentiment ceux qui ne respectaient pas les règles. Tout était calme, tous étaient sereins. Aucunes menaces potentielles ne semblaient leurs venir aux oreilles, se montrer devant leurs yeux. Le chat du Clan du Chaos opina intérieurement. Malgré tout, le jeune félin avait son petit rituel de regarder si tout ce passait bien dans le Clan, de voir si personne ne profitait. La situation se voulait instable par moment, car on ne peut pas toujours compter sur la parole des autres.. Même ceux en qui on a confiance. Le minou au pelage couleur sang continua d’avancer sur le sol jonché de feuilles et jauni par l’herbe dépérissant. Son pelage semblait se fondre dans la masse naturelle, profitant des couleurs chaudes et froides qui se confondent. Espoir d’Oxyde arriva près la pile de gibier, qui heureusement était plutôt bien garnie. Il prit une part, un lapin brun, qu’il emmena près de la sortie des Grottes. Le chat du Chaos savoura ce moment pour rester là sans rien faire un moment, à écouter le doux glissement du vent de l’espoir, chantant les louanges de la vie, et la douce sensation des rayons de l’astre céleste dans sa fourrure, gonflant sa joie de ce jour, réchauffant son cœur. Aujourd’hui, il se sentait d’humeur.. Joyeuse, éclatante. Et de bonnes raisons l’animaient. C’était le jour de son premier entraînement avec sa sœur, Panda Nuageux, étant  son apprentie. Espoir d’Oxyde, aient fini son petit-déjeuner, se leva quand il sentit une suavité particulière et si familière, si apaisante arriver à lui. Il regarda en direction de la sortie et il aperçut un bout de fourrure. Un petit bout de fourrure noir et blanc, balayant le sol. Il reconnut tout de suite sa famille. Panda Nuageux sortit de la noirceur étouffante de la Grotte pour goûter au délice du soleil et du vent. Une étincelle d’excitation semblait la parcourir, du bout de sa queue jusqu’à ses fines moustaches. Son beau pelage prit un éclat joyeux sous les rayons de l’astre de feu qui rayonnait tout à fait sur elle. Elle tourna la tête et son mentor la regarda, puis elle se mit à courir dans sa direction. Espoir d’Oxyde avança de quelques pas vers elle, et attendit qu’elle se stoppâmes juste devant lui, sautillant sur place. Le guerrier se frotta contre sa sœur en lui disant :


« - Bonjour Panda Nuageux ! Je te laisse manger un bout tranquillement, et après on commence l’entraînement. Je t’attends à la sortie du Camp, puis nous irons sur la Colline Eternelle pour être plus à l’aise.»



Sa petite sœur lui sourit, et il alla l’attendre à la sortie du Camp du Chaos, comme indiqué. Le félin au pelage de rouille s’assit et patienta, regardant les nuages pétillants défiler, comme pressés de survoler le monde. Tant tôt ils ressemblaient à un étrange animal, tant tôt ils ne représentaient rien du tout. Le chaud souffle du vent chatouillait Espoir d’Oxyde et faisait bouger son pelage, comme il était bien prenant sur les hauteurs. Au bout de peu de temps, Panda Nuageux apparut, puis elle le rejoignit. Ils se mirent en route pour aller sur la Colline Eternelle,  mais elle n’était vraiment pas éloignée.  Le chat sentit l’herbe frétiller sous ses coussinets en arrivant dessus la surélévation naturelle, étant donné que le souffle de la nature balayait fort les collines encore vertes. Une multitude de fleurs couvraient le sol, colorant magnifiquement le sol. Quelques buissons gisaient ci et là, comme arrachés de la verdure. Au loin, l’impression de majesté se renforçait car on croyait voir les collines bouger d’elles mêmes, ondulants comme des vagues irrésistibles. Beaucoup de petites créatures vagabondaient sur ces puys enluminés,  comme des lapins, des tourterelles venues casser la croûte, des musaraignes près de leur foyer, et cetera… en rajout de tout cela, un parfum enivrant parvenait aux félins, effluve douce et piquante, rassemblant l’odeur de la nature elle-même, les délices des fleurs sentant les odeurs de la vie, et l’odeur du vent prometteur, comme si l’automne n’était pas là. Sous ce panorama presque exotique, on aurait pu dire sans problèmes que la saison était encore belle. Faux pas. Le temps est trompeur, fourbe, imprévisible. Les deux chats du Chaos prirent place au sommet de la Colline, sur une plate bande de terre. Espoir d’Oxyde demanda à son apprentie de se mettre en face de lui, puis il s’assit affablement, en prenant son temps, sa queue enroulé autour de lui. Même s’il était guerrier, le félin au pelage comme la rouille espérait fortement que tout allait bien se passer, car il n’était pas le plus expérimenté de tous les guerriers, et c’était leur premier entraînement pour le combat aujourd’hui. Il ne voulait surtout pas la blesser. Même s’il savait qu’elle n’allait pas se laisser faire. Le matou se lécha prestement l’épaule, ensuite il regarda Panda Nuageux avec, comme air de famille, sa forte carrure et ses yeux émeraudes. Puis il commença à réfléchir au moyen de surmonter son petit handicap avec ses pattes.. Il se dit qu’ils trouveraient bien. Il respira une dernière fois, fier d’être là, espérant que leurs chers aïeuls les regardaient. Espoir d’Oxyde déclara ensuite, sourire au lèvre et regard brillant :


« - Bon, aujourd’hui, nous allons travailler les techniques du combat. Déjà, pour commencer, je voudrais que tu essais de m’attaquer avec les techniques que tu connais, et essais tout ce que tu peux. N’aie pas peur de me faire mal, et réfléchie bien ! Vas-y, attaque-moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Panda Nuageux
P'tit Nouveau.

avatar

Féminin
Nombre de messages : 15
Age : 20
PUF/Surnom : Candies. Mais donne-moi ce que tu veux !
Rang Cours RPG : Vétéran.
Amour : Crois-tu que j'y arriverai ?
Autre(s) Compte(s) : Bulle Éternelle.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 19/02/2012

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Espoir d'Oxyde.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Premier entraînement sous le soleil, soleil éclairant les collines.. ♪ PV Panda Nuageux ♥ {ABANDONNE}   4/11/2012, 00:42

« Celui qui veut tirer des enseignements de ses erreurs doit chaque jour apprendre à surmonter ses craintes. »


Le doux silence de la nuit était bénéfique pour tout félin voulant se reposer d'une dure journée. Même les chatons, qui ne faisaient pas grand chose de leurs journées, préféraient se pelotonner auprès de leur Mère. La douce chaleur de la pouponnière apaisait leurs esprits insouciants qui n'étaient perturbés que par les papillons qui passaient sous leur nez. La pouponnière était l'endroit le plus reposant et rassurant de tout le campement. L'odeur du lait maternel transportait tout esprit légèrement nerveux vers un autre monde empli de douceur et de bonheur. Les chatons avaient du mal à rester sept lunes dans la pouponnière et pourtant, lorsqu'ils arrivaient à dormir dans la tanière conçue pour les apprentis, une pointe de nostalgie ne pouvait les quitter. Dans la tanière des apprentis, il n'y avait plus d'odeur laiteuse si agréable à sentir, il n'y avait plus la sécurité si rassurante ; les ronces et les feuilles ne protégeaient pas l'entrée de la tanière. Au contraire, de l'intérieur, on pouvait apercevoir la clairière plongée dans l'obscurité de la nuit. Et par dessus tout, il n'y avait plus la chaleur rassurante qui émanait de la Maman profondément endormie avec ses petits.
Un murmure à peine audible me tira difficilement de mes songes. J'ouvris une paupière, puis l'autre. A mon grand étonnement, il faisait encore nuit. La lune était si petite que sa lumière d'habitude éblouissante n'arrivait pas à éclairer la tanière. J'attendis que ma vision s'habitue à l'obscurité de la tanière pour commencer à analyser les silhouettes roulées en boule. Il ne manquait aucun apprenti. Je soupirai et tendis les oreilles pour essayer de capter le son qui avait osé me réveiller. Seul le ululement d'une chouette me répondit, comme si les murmures que j'avais entendus n'avaient jamais existé. Pourtant, alors que j'allais tenter de me rendormir, ce bruit se renouvela avec un peu plus de puissance cette fois-ci. C'était un cri, un miaulement strident et pourtant si discret qui provenait de la forêt. Je me redressai, les sens aux aguets. Un frisson parcourut mon échine. La seule fois où j'avais entendu ce cri, c'était lorsque mes parents étaient décédés. J'observai d'un oeil vif les différents félins qui reposaient dans la tanière ; aucun n'avait bougé, comme s'ils étaient plongés dans un sommeil bien trop profond. Je fronçai les sourcils et sortis discrètement de la tanière. Dans la clairière, le silence était encore plus inquiétant. On pouvait entendre les respirations sifflantes des anciens et les miaulements endormis des chatons de la pouponnière. Le cri recommença, plus faible cette fois-ci mais encore plus audible dans la clairière. D'un pas vif, je m'élançai vers le tunnel qui permettait de sortir du camp, à la fois intriguée et inquiète. Je me retrouvai dans la forêt qui me paraissait plus effrayante que jamais. Les branches à présent dénudées vacillaient lentement au rythme du vent. Les feuilles orangées arpentaient le sol, cachant l'herbe qui se trouvait en dessous. Ces dernières craquaient de temps à autres, me procurant quelques frissons que je m'efforçai de contrôler. Dans ma tête, un tas de scénarios défilait. J'imaginais un chat blessé, coincé entre deux arbres. Ou un chat se faisant attaquer par un blaireau ou un renard. Cette seconde possibilité me stoppa. S'il y avait un animal qui s'en prenait à un chat, je n'étais pas de taille à l'affronter. Surtout que mon entraînement n'avait pas commencé et que je manquais cruellement de bases. Je pris une grande inspiration et repris ma course à la recherche de l'être qui avait poussé un cri. J'aviserai sur place de ce que j'avais à faire suivant la situation. Après plusieurs minutes qui m'avaient parue une éternité, je distinguais une petite silhouette au creux d'un arbre essayant de se dégager tant bien que mal. Je pris une petite seconde pour observer la boule de poils ; elle était petite et entièrement rousse. Ses yeux verts étaient trempés et semblaient implorer la pitié. Je fus choquée en reconnaissant mon Frère, Espoir d'Oxyde, lorsqu'il était encore un chaton. Je n'en avais pas un grand souvenir, mais je pouvais facilement reconnaître sa magnifique fourrure qui ne faisait que s'embellir avec le temps. Je déglutis lentement avant de reprendre conscience ; je devais sortir mon frère de là. Tremblante, je me dirigeai vers la boule de poils apeurée et la pris par la peau du cou, tirant de toutes mes forces pour la sortir de là où elle était coincée. Après plusieurs essais, j'arrivai enfin à sortir mon frère de là. Et pourtant, lorsque je le déposai parterre, je ne voyais qu'un chaton inerte dont le coeur ne battait plus depuis longtemps.


« Espoir d'Oxyde, reviens, ne me laisse pas ! »

Je sursautai et ouvris les yeux, haletante. La lumière émise par le soleil m'obligea à fermer mes paupières quelques instants, pour m'habituer à cette clarté qui n'était en rien présente dans mon rêve. J'ouvris mes deux émeraudes à nouveau et pris conscience de l'endroit où je me trouvais ; j'étais retournée dans la tanière des apprentis et certains dormaient encore. Je tentai de calmer les battements de mon coeur qui s'étaient accélérés suite à mon cauchemar. Ce n'était qu'un cauchemar et mon frère ne m'avait pas abandonnée. Au contraire, je pouvais entendre sa douce voix susurrer quelques mots dans la clairière. Je poussais un long soupir de soulagement et me redressai sur mes quatre pattes, à présent totalement réveillée. Un autre apprenti dont je n'avais pas cherché à trouver le nom se leva sous les appels incessants de son mentor. Il ne me remarqua même pas et fila vers la voix de son mentor, mal réveillé. Je levai les yeux au ciel et laissai échapper un bâillement. J'étirai mes os qui avaient été malmenés durant la nuit. Quelques craquements se faisaient entendre au niveau de la colonne vertébrale, ce qui en soit n'était pas désagréable. Je me redressai et une lueur d'excitation s'installa dans mes yeux. J'avais complètement oublié qu'aujourd'hui, j'allais commencer mon entraînement avec mon Frère, Espoir d'Oxyde. J'esquissai un sourire discret et satisfait ; il me tardait vraiment d'apprendre à chasser et à me battre. J'entrepris ma toilette avant de sortir de la tanière. Il fallait toujours être prête avant d'être vue par tous les autres membres du clan. Je n'étais pas vraiment coquette et je ne portais pas une grande importance à mon apparence, mais sortir avec le pelage parfait était un rituel que je faisais chaque matin, histoire d'être présentable si l'on venait à m'appeler à toute urgence. Je fis un tour complet de mon corps et finis par ma queue ; c'était la partie que je préférais, puisque c'était facile et que la queue faisait tout le charme. Ma langue rappeuse s'étalait partout ; entre les poils, à droite, à gauche. C'était un moment unique avec moi-même que j'aimais faire. Après avoir passé un dernier coup de langue, j'étirai une dernière fois mes os. Ainsi, j'étais prête pour partir en entraînement. Je sortis, plutôt excitée, et remarquai Espoir d'Oxyde directement près du tas de gibier. Je pris quelques secondes pour m'imprégner des chauds rayons de l'astre de feu et me mis à courir vers mon frère qui semblait m'attendre. Je me stoppai juste devant lui et il frotta son pelage contre le mien en guise de bonjour. J'émis un ronron affectueux, lui rendant ses douces caresses.

« Bonjour Panda Nuageux ! Je te laisse manger un bout tranquillement, et après on commence l’entraînement. Je t’attends à la sortie du Camp, puis nous irons sur la Colline Éternelle pour être plus à l’aise. »

Je lui fis un sourire compréhensif et hochai la tête de haut en bas en guise de « d'accord ». Je lui étais reconnaissante de me laisser manger un bout, mon ventre criait famine même s'il avait mangé la veille. Pour un chat sauvage, il était souvent difficile de manger à sa faim même si le gibier était plutôt clément ces temps-ci. Je regardai mon frère se diriger vers la sortie du camp, comme il l'avait dit. Je restai quelques secondes fixée sur le tunnel, puis mon ventre me rappela à l'ordre. Je tournai ma tête vers la petite pile de gibier ; avant tout, je vérifiai que les anciens et les reines aient à manger. Je vis un chaton pointer le bout de son museau. Il avait faim, tout comme sa Mère qu'on entendait grogner jusqu'ici. J'émis un ronron amusé et pris un pinson au hasard dans le tas de gibier pour le traîner jusqu'à la pouponnière. Je le tendis à la reine qui me remercia d'un simple regard. Décidément, les chats de ce clan n'étaient pas des plus aimables. Je sortis de la pouponnière en traînant les pattes. Entrer dans cet endroit m'avait fait repenser à mon rêve, ce qui m'avait légèrement refroidie. Les pattes tremblantes, j'allai enfin prendre un petit campagnol pour me nourrir à mon tour. Je dévorai le pauvre animal en quelques bouchées que je n'avais pas suffisamment savourées, trop préoccupées par mes sombres pensées. J'enterrai la carcasse du campagnol sans oublier d'adresser un regard au ciel pour remercier nos ancêtres de nous offrir un peu de nourriture. Je me dirigeai en sautillant vers la sortie du camp, espérant ne pas avoir trop fait attendre Espoir d'Oxyde. Lorsque j'arrivai enfin à sa hauteur, il me fit signe de le suivre. Après avoir observé ses réactions, je n'avais pas l'air d'avoir mis trop de temps dans le camp. C'était déjà un bon point. Sans grande conviction, je suivis en trottinant mon Frère à travers la forêt. Je sentais l'herbe raser mes coussinets, de temps à autres remplacée par des tas de feuilles mortes. J'essayai d'éviter ces tas le plus possible ; je détestais la sensation des feuilles craquer à chaque pas. Une légère brise hérissa mon échine, bien que celle-ci se remit bien vite en place. Au bout de quelques bonds, je sentis une pente sous mes pattes, signe que nous étions entrain de grimper sur la colline. Là, la nature semblait reprendre vie. La colline était peuplée de fleurs et d’arbustes en tout genre. Des mottes de terre gisaient un peu partout, signifiant que quelques taupes avaient creusé des galeries par ici. Un lapin pointa le bout de son nez mais se ravisa bien vite en entendant nos vibrations. Au moins, si mon mentor me le demandait, je saurais que les lapins nous perçoivent grâce aux vibrations émises par nos pattes. Ces dernières me jouèrent un mauvais tour et je faillis redescendre la colline en roulant. Heureusement, je pus me rattraper bien vite sans que mon frère s'aperçoive que j'étais incapable de courir. Je déglutis en silence et nous arrivâmes enfin en haut de la colline. Espoir d'Oxyde s'assit et enroula sa queue autour de ses pattes. Je fis de même, placée en face de lui. Je jetai un coup d'oeil au ciel ; le temps était clément pour aujourd'hui. Pour un premier entraînement, c'était plutôt un bon présage. Je me demandais par quoi nous allions commencer ; j'avais envie de ramener de la nourriture au campement et en même temps, j'avais hâte de découvrir les techniques cachées du corps à corps. Mon mentor finit de se lécher une épaule pour ôter toutes les questions qui parcourraient mon esprit.

« Bon, aujourd’hui, nous allons travailler les techniques du combat. Déjà, pour commencer, je voudrais que tu essaies de m’attaquer avec les techniques que tu connais, et essais tout ce que tu peux. N’aie pas peur de me faire mal, et réfléchis bien ! Vas-y, attaque-moi ! »

J'ouvris les yeux en grand, légèrement surprise par cet ordre. Je ne pensais pas que j'allais commencer. Je parcourrais mon mentor des yeux ; je ne connaissais aucune technique réelle. Je savais que je mettais trop de temps à réfléchir, mais je n'avais aucune idée de quoi faire. Je me rappelai alors de ma rencontre avec Nuage de Coccinelle, une apprentie du clan de la Rivière. Elle m'avait attaquée directement, simplement. Et pourtant, elle avait eu une rapidité déconcertante que je n'étais pas sûre d'avoir. J'haussai les épaules ; j'étais là pour apprendre et j'avais le droit à l'erreur. Je pris une grande respiration et bondis à toute vitesse sur mon frère. Automatiquement, j'avais sorti les griffes. Terrorisée par mon élan, je roulai sur le côté pour esquiver mon frère sans même avoir terminé mon attaque. Je me ramassai avec déficit et me relevai, embarrassée. Je coulai un regard désolé vers Espoir d'Oxyde. J'étais vraiment irrécupérable. Surprise, j'avais complètement oublié de rentrer mes griffes, revoyant la carrure intimidante de Nuage de Coccinelle. J'en avais presque oublié que le félin en face de moi était mon mentor et que je me devais de ne pas lui faire de mal. Je ne voulais même pas imaginé ce qui aurait pu se passer si je n'avais pas roulé sur le côté. Si Espoir d'Oxyde n'avait pas esquivé, je l'aurais sans doute blessé. Je repris ma respiration saccadée, mais celle-ci augmenta sa cadence. Les images de mon cauchemar me revenaient en tête ; moi tenant mon frère, chaton, mort. J'avais dû le tirer un peu trop fort pour le sortir du creux de l'arbre et ça l'avait tué. Une réflexion effrayante me vint à l'esprit ; et si, avec ma maladresse, j'allais tuer mon Frère ? Non, c'était impossible. J'essayai de chasser cette idée de ma tête ainsi que toutes les images de mon rêve. J'avais simplement effectué une erreur commune que je ne recommencerai pas à l'avenir. Mes esprits enfin retrouvés, je dirigeai mon regard vers mon mentor. Encore un peu choquée, je tenais à m'excuser même si je savais qu'avec son bon coeur, Espoir d'Oxyde n'allait pas me condamner aux corvées d'apprenti. J'espérais quand même une petite morale, histoire que je retienne la leçon. Car la leçon, je voulais la retenir pour être meilleure. Tremblante, je me décidai enfin à parler, la voix suppliante.

« Je.. Je suis désolée. Je ne sortirai plus les griffes, c'est promis. Bon, je ne connais vraiment aucune technique, à part foncer tête baissée.. Je t'écoute, apprends-moi à être aussi forte que toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Premier entraînement sous le soleil, soleil éclairant les collines.. ♪ PV Panda Nuageux ♥ {ABANDONNE}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BSE : Bâtiment de Sauvegarde et d'Entraînement
» entraînement VIDEO CALVI 2 REP
» Un premier entraînement, qui va peut-être tout changer.[PV Ecu ?]
» L'Amiral Robijns part à la retraite le 30.06.2011
» vends culottes d'apprentissage PIWAPEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Corbeille des RPs-