Après le drame de l'Assemblée sanglante, la vie reprend son cours...normalement ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Une Assemblée a lieu en ce moment même, ouverte à tous. Venez nombreux pour participer ! Cependant, n'oubliez pas, les postes sont limités à 40 lignes pour ce topic.
Vous pouvez maintenant participer à de petites quêtes regroupées ici . Venez changer vos Rps !
Vous pouvez aller poster sur ce sujet pour y mettre vos suggestions ou idées pour faire remonter le forum, et tout ce qui vous passe par la tête. Ensemble, faisons bouger les choses !
Nous avons une nouvelle Staffienne, Ombre d'Argent ! Elle est de retour dans le Staff en tant que Modette, alors c'est super !

Partagez | .
 

 Bienvenu à la Rivière... Ou pas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 23
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: Bienvenu à la Rivière... Ou pas ?   12/12/2012, 15:43

Museau de Givre, en tant que félin -un peu trop- fidèle à son clan, s’était plus ou moins ordonné de ne pas faire attention au jeune chaton derrière lui. Il suivait son propre rythme, sautant les quelques branches qu’il y avait de ci de là. Même si son camp n’était pas aussi abrité par les arbres que l’étaient ceux de l’Ombre ou du Tonnerre, il y avait quelques obstacles.
Cependant tout dévoué à la Rivière qu’il l’était, il n’en restait pas moins un guérisseur, et, « pire » encore, un chat. À savoir qu’il ne pouvait s’empêcher de tendre les oreilles derrière lui pour vérifier que tout se passait bien. Il poussa même jusqu’à tourner légèrement la tête. Ses yeux rencontrèrent l’espace d’une seconde la silhouette curieuse du noiraud. Le nez à l’air, il semblait découvrir un environnement totalement nouveau pour lui. Le matou ne put, alors, retenir son sourire, surtout quand un gargouillis résonna dans l’air. À ce moment précis, il se demanda depuis quand le petit n’avait pas mangé.
À y regarder de plus près, c’est vrai qu’il avait l’air étonnement maigre, mais lui aussi l’était, comme tous les chats sauvages de la forêt. Sauf qu’il ne s’agissait pas d’un adulte mais bel et bien d’un chaton. Un instant, son ventre se serra à cette pensée et un débat commença en son for intérieur.

*Il ne fait pas parti du clan, c’est un intrus sur le territoire !* se dit-il, dans un premier temps.
*Oui, mais c’est un chaton... Et tu es un guérisseur... Ton devoir est de protéger ton prochain, quelle que soit son origine...* finit-il par penser.

La tête dans les étoiles, s’il était possible de le dire ainsi, il réfléchissait, sans perdre de son agilité. Pas une seule fois il ne trébucha, alors même que son esprit vagabondait ailleurs. Après quelques minutes passées à tergiverser, Museau de Givre prit enfin une décision : il allait au moins lui attraper une souris. Ils s’étaient éloignés de la rivière, donc il s’agissait de la seule proie des parages.

- Attends-moi là. Et j’ai bien dit ici-même, pas une longueur de queue plus loin. Compris ?

Se doutant bien que Nuit ne bougerait pas, il partit aussitôt en chasse, sans pour autant que le noiraud ne quitte son champs de vision. Le nez au ciel, il flairait l’air dans l’espoir de déceler le fumet d’une proie. Chose qui ne manqua pas d’arriver. Adoptant tout de suite la position du chasseur, il s’approcha à pas de loups, la respiration coupée et son poids dans ses pattes postérieures. Moins d’une minute plus tard, il revenait, un petit corps inerte entre ses mâchoires.

- Mange. Je n’ai pas envie que tu gargouilles devant notre meneuse°.

Malgré son air froid et sévère, il lui laissa le temps de manger, plutôt que d’engloutir la souris. S’il n’avait, effectivement, rien avalé depuis un certain temps, il risquait de tout rendre en allant trop vite. Plusieurs instants plus tard, ils repartaient vers le camp. Ils ne mirent que très peu de temps pour y parvenir et bientôt, ils passèrent le tunnel de bambou qui menait au cœur du territoire.
À l’intérieur, les félins de la Rivière les regardaient traverser. En même temps, c’était une attitude normale quand le guérisseur revenait avec un chaton inconnu, plutôt qu’avec les habituelles herbes médicinales. Quelques murmures accompagnèrent même leur chemin jusqu’à l’antre de le chef.

- Étoile d'Ombre ? Je peux entrer ? Nous avons de la visite.

Après qu’il lui ait répondu, il se décala légèrement sur le côté, intima à Nuit de passer devant lui et rentra à sa suite.

- Je te présente Nuit, un chaton que j’ai trouvé près de la rivière. Il a quelque chose à nous demander. Dit-il en prenant place, sa queue enroulée autour de ses pattes.

Bien sûr, le guérisseur aurait tout aussi bien pu raconter lui-même ce que le jeune lui avait déjà dit, mais il voulait qu’il se débrouille et que, en quelque sorte, il montre qu’il était apte à rejoindre leur rang pour quelques temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Bienvenu à la Rivière... Ou pas ?   13/1/2013, 13:41

Décontenancé, le chaton le regarda d'un air interrogateur, mais il était déjà parti. Ce soudain changement d'attitude l'intriguait, et l'envie de le suivre était terriblement tentante. Il se mit à pétrir le sol de ses pattes, indécis, l'estomac gargouillant, et la curiosité planté comme une épine dans ses pensées. Le matou furetait entre les buissons cherchant visiblement quelque chose et Nuit l'observait, tergiversant. Il fit un pas vers le chat, puis deux, et sembla finalement se raviser, posant son arrière-train fort peu élégamment sur le tapis de feuilles mortes.
S'il voulait être accepté il lui fallait suivre les consignes qu'on lui donnait, montrer qu'il était digne de confiance. Reniflant la brise il le sentit revenir, une proie dans la gueule. Les odeurs étaient tellement plus fortes dans la forêt! Elles imprégnaient l'air, la moindre plante, créant un parfum subtil bien éloigné de la puanteur envahissante de la ville. L'eau à la bouche, le chaton le regarda déposer le petite bête devant lui, lui intimant de manger. Ce n'était pas la peine de le lui dire deux fois ! Mais une pointe de fierté l'obligea tout de même à manger proprement, sans se jeter dessus comme un écureuil obsédé par sa précieuse noisette.
Après avoir soigneusement nettoyé les os, il fit une rapide toilette de son museau. En ville il avait rarement mangé du rat avec sa mère, par peur des maladies, et cette saveur lui avait manqué. Son estomac contenté -et ses protestations disparues- , Nuit laissa s'échapper un petit ronronnement de satisfaction, rassuré. Il était enfin présentable. Le geste de ce chat lui apporta un peu de chaleur, et lui rappela qu'il ne connaissait toujours pas son nom. Son comportement était distant, mais aux yeux du chaton seule son action comptait, et il le remercia du regard.

Ils repartirent sans attendre vers le camp, courant à un rythme soutenu. Le cœur cognant dans sa poitrine, le chaton commençait à redouter son arrivée devant ces chats. D'après ce qui transparaissait des paroles du matou, ils devaient être nombreux à vivre ensemble, et Nuit n'avait jamais connu qu'une seule chatte. La vie dans les rues n'encourageait pas les regroupements importants, même si certains pouvaient atteindre quatre, cinq chats, que les autres fuyaient comme la peste. Et leur comportement était tout sauf amical. Le doute s'insinua en lui, et il se demanda si ce qu'il faisait n'était pas une erreur en fin de compte. Qu'est-ce qui lui prouvait que ce « clan » serait meilleur ? Avançant mécaniquement, il ne remarqua pas tout de suite que la végétation changeait. Les buissons laissaient la place aux joncs et roseaux, et ses coussinets s'enfonçaient dans la terre humide. Ils déboulèrent sur le bord de la rivière, et le sang de Nuit se figea dans ses veines.
Ces chats vivaient sur une île ! Comment pouvaient-ils manger, dormir, dans un environnement aussi malsain et hostile ? Nuit ferma les yeux, refusant d'avancer. Le bruit de la rivière inonda ses oreilles, il n'entendait plus que l'eau sur les rochers et il rouvrit les paupières, au bord de la panique. Il regarda autour de lui, perdu, et vit son prédécesseur en train de traverser. Respirant par à-coup, le suivre ne lui semblait plus être une si bonne idée que ça. Mais il ne voulait pas retourner en ville. Et l'espoir qu'un autre mode de vie soit possible le fit sortir de ses derniers retranchements. Nuit posa les pattes sur une pierre et dans un élan, il sauta sur la suivante. L'eau coulait tout autour de lui et, tremblant, il sauta de rocher en rocher, accélérant en même temps que la panique remontait. Il atterrit et s'éloigna rapidement de la berge, le poil ébouriffé. Jamais il n'avait sauté comme ça, mais il n'avait pas touché l'eau, l'essentiel était sauf. Sans plus réfléchir il bondit à la suite de son guide dans le camp, appréhendant déjà sa prochaine traversée.

A l'intérieur, on le regarda avec des yeux ronds, et des chuchotements se firent entendre. Ils ne s'attardèrent pas et se dirigèrent directement vers l'antre du chef. Le chat lui fit signe de rentrer, ce qu'il fit, se retrouvant devant un mâle noir au regard ambré. Il devait lui expliquer la raison de sa présence ici, être convaincant, et ses doutes s'envolèrent comme des nuages au soleil. Se tenant bien droit, c'est avec la voix peu assurée toutefois qu'il lui exposa sa demande, préférant le nommer par son titre honorifique :
- Bonjour, chef de clan. Je m'appelle Nuit, et je viens de la ville.
Il eut un moment d'hésitation, la gorge nouée, mais reprit :
- Je suis tombé dans la rivière avec ma mère, et je me suis retrouvé sur votre territoire. Ma mère...ma mère est morte. E je ne veux pas retourner en ville. Je ne peux pas.
Comprenant que l'instant était important, il dit d'une voix solennelle :
- Si on m'apprend à survivre dans la forêt, je promet d'utiliser ces connaissances pour vous aider, vous et tous les chats du clan.
Retenant son souffle il espéra ne pas avoir été offensant ou maladroit, et attendit les mots qui l'accepteraient, ou le condamneraient.
Revenir en haut Aller en bas
Etoile d'Ombre
P'tit Nouveau.

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 17
Autre(s) Compte(s) : Aucun
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 31/12/2012

MessageSujet: Re: Bienvenu à la Rivière... Ou pas ?   14/1/2013, 14:23

Le jeune chef s'étira pour décontracter ses membres endolories, le camp était calme et tout félins était à leur occupation habituelle, il avait déjà fait les patrouille de chasse et de frontière et désormais le clan paraissait plus calme, le jeune mâle inspira profondément l'air pur une fois fait il rentra dans son antre, il avait tout organiser et travailler et il était presque sûr que s'accorder une courte sieste ne changerait rien, ayant mal dormit à cause d'une femelle qui se plaignait de mal de tête et il avait dut descendre trouver une solution appeler Museau de Givre...En bref il était crever mais au moment où il allait somnoler:

- Étoile d'Ombre ? Je peux entrer ? Nous avons de la visite.

D'après la voie s'était...Museau de Givre?

- Je te présente Nuit, un chaton que j’ai trouvé près de la rivière. Il a quelque chose à nous demander. Dit-il en prenant place, sa queue enroulée autour de ses pattes.

Etoile d'Ombre ne s'attendait tellement pas à cette visite que ses yeux s'agrandir de stupéfaction, au revoir la sieste, il était désormais complètement réveiller il s’assit à son aise près à écouter le chaton.

- Bonjour, chef de clan. Je m'appelle Nuit, et je viens de la ville.

Il eut un moment d'hésitation, mais reprit tout de même :

- Je suis tombé dans la rivière avec ma mère, et je me suis retrouvé sur votre territoire. Ma mère...ma mère est morte. E je ne veux pas retourner en ville. Je ne peux pas.
Comprenant que l'instant était important, il dit d'une voix solennelle :


- Si on m'apprend à survivre dans la forêt, je promets d'utiliser ces connaissances pour vous aider, vous et tous les chats du clan.

Pendant un moment je ne sus trop quoi répondre si ce n’est de lui demander le temps de réfléchir, mais je savais pertinemment que je n’avais guère le temps…En temps normal j’aurais refusé un solitaire jeune adulte ou adulte mais s’était un chaton assez jeune venant d’avoir perdu sa mère sans aucune chance de survie, je n’étais pas un chat sans cœur non plus ! Jamais je ne pourrais l’abandonner…Humm, j’y réfléchis longuement, et je vis le regard angoisser de nuit…Puis je déclare sur un ton qui se voulait sûr de lui :

En temps normal, je n’excepterais jamais un solitaire…Mais tu es jeune et tu me parais en bonne santé, plus les chatons ne sont jeunes, mieux ils apprennent, de plus nous manquons un peu de membre et tu m’as l’aire excité d’apprendre c’est pour cela… (Le guérisseur et Nuit me regardèrent le souffle court.)C’est pour cela que je ne vois pas d’inconvénient à ce que tu restes !

Je vis le soulagement et la joie des deux félins ici présents.

Mais attention Museau de Givre ! Ce n’est pas parce que j’accepte ce jeune loulou, que j’accepterai n’importe quelle autre chat solitaire, domestique ou encore d’un autre clan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 23
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Bienvenu à la Rivière... Ou pas ?   17/1/2013, 01:09

Assis là, Museau de Givre attendit avec patience que Nuit se décide à parler. Il comprenait l’anxiété qui devait être la sienne. Là se jouait son avenir : si Étoile d’Ombre acceptait de l’accueillir parmi eux, sa vie était sauve. Mais si, au contraire, le chef refusait, il ne lui restait plus qu’à apprendre par lui-même ou à chercher l’asile ailleurs. Comme il l’avait déjà pensé malgré son côté fidèle à l’extrême, le guérisseur souhaitait que le chaton soit accepté parmi eux. En le côtoyant pendant les quelques minutes qui avaient précédé, il s’était découvert un nouveau côté paternel, complètement différent du sentiment de protection qu’il avait envers son clan. Là, il se sentait coupable d’hésiter à le prendre sous son aile. Comment pouvait-il songer à le laisser seul face à lui-même alors que son rôle était d’aider son prochain ?

Le matou n’eut, cependant, pas le temps d’y réfléchir plus que ça, parce que Nuit prit enfin la parole. Il commença par se présenter en bonne et due forme et finit par lui expliquer sa situation. Tout était parfaitement clair et précis. S’il avait dû donner -une deuxième fois- son avis, il lui aurait dit « oui » : il n’y avait rien à redire ou à ajouter à ses déclarations. Il ne manquait plus que l’avis d’ Étoile d’Ombre et l’affaire serait close. Pendant une seconde, Museau de Givre retint vaguement son souffle. Il ne craignait plus tellement pour l’avenir du jeune, maintenant qu’il l’avait vu s’expliquer et défendre son cas. Mais rien n’était jamais gagné d’avance.

Heureusement, le meneur du clan annonça rapidement sa décision. Une légère pointe de soulagement lui pinça le cœur, mais il n’en montra rien. Déjà qu’il avait eu ces moments de faiblesses à l’encontre du chaton noir, il n’allait pas non plus sauter de joie. L’affaire était réglée, il n’y avait rien de plus à ajouter. Sur ces bonnes paroles, il fit un signe de têtes au meneur et quitta la tanière. Il ne lui restait plus qu’à ranger son antre pour que le lendemain -ou un autre jour-, il puisse commencer l’entrainement de Nuit.

[Désolé, c'est court. Et pour ma part, j'ai fini.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Bienvenu à la Rivière... Ou pas ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bienvenu à la Rivière... Ou pas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une rivière traverse votre propriété… Elle peut être privée ou publique.
» DAMAS Geneviève "Si tu passes la rivière"
» Rivière-aux-Graines, Cimetière catholique
» St-Clément, Rivière-du-Loup.
» Rivière d'or lila

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Corbeille des RPs-