Après le drame de l'Assemblée sanglante, la vie reprend son cours...normalement ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Une Assemblée a lieu en ce moment même, ouverte à tous. Venez nombreux pour participer ! Cependant, n'oubliez pas, les postes sont limités à 40 lignes pour ce topic.
Vous pouvez maintenant participer à de petites quêtes regroupées ici . Venez changer vos Rps !
Vous pouvez aller poster sur ce sujet pour y mettre vos suggestions ou idées pour faire remonter le forum, et tout ce qui vous passe par la tête. Ensemble, faisons bouger les choses !
Nous avons une nouvelle Staffienne, Ombre d'Argent ! Elle est de retour dans le Staff en tant que Modette, alors c'est super !

Partagez | .
 

 Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patte des Anges
P'tit Nouveau.



Féminin
Nombre de messages : 24
Age : 18
PUF/Surnom : Candies, always.
Rang Cours RPG : J'étais vétéran, non ?
Amour : Mais je suis un chaton !
Autre(s) Compte(s) : Bulle Éternelle & Panda Nuageux, même si techniquement ils sont un peu... morts.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 03/08/2013

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Tout doux, tout doux.

But/Projet
:

MessageSujet: Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?   8/8/2013, 20:53


Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ? (1).


- I am burning up a sun just to say goodbye.

Piou. Piou. Piou.
Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Je détestais être réveillée en pleine nuit. En pleine nuit, d'ailleurs, qu'est-ce que des poussins venaient faire là ? J'ouvris les yeux, agacée. J'étais bien dans la pouponnière, isolée des autres chatons et des reines. Génial, aucune chance que ce soit un rêve alors. Je soufflai et me levai alors que les cris recommençaient. Mais taisez-vous ! Je me dirigeai lentement vers l'endroit d'où ils provenaient, espérant leur faire peur et avoir la tranquillité pour le reste de la nuit. Je voyais les poussins - trois pour être exacte - mais j'avais l'impression que la distance entre eux et moi s'élargissait au fur et à mesure que j'avançais. J'essayais bien sûr de courir, mais c'était pareil. Vous savez, c'est comme quand vous avez un soucis que vous pensez énorme et que vous avez touché le fond mais que, par la magie du destin, le sol continue de s'élargir rien que pour vous ? Et bien, c'était exactement la même chose. Sauf que je voyais le fond, sans pourtant le toucher. Et les poussins augmentaient la cadence et le volume de leurs piaillements. Ils me rendaient folle et je semblais être la seule à les entendre. Au bout d'un moment, ou d'une éternité, je réussis enfin à atteindre les boules jaunes. N'importe quel chat les aurait certainement mangés, mais j'avais décidé d'être empathique. En plus, leur maman était partie et je me sentais proche d'eux. Voilà que je devenais sentimentale avec des poussins. Je ne savais pas quoi faire, alors j'entrepris de les lécher. Ils semblaient apprécier, alors je fis ça pendant un moment, pour chacun d'eux. Un bruit étrange se fit entendre derrière moi. Je me retournai d'un coup, oubliant quelques instants les poussins. Je vis un chat, impossible à distinguer dans la pénombre. Mais j'arrivai à voir sa bouche bouger, mais le son fut un peu plus long à me parvenir aux oreilles :


« Hello, Sweetie ! »

J'ouvris les yeux, haletante. Qu'est-ce que... ? Je clignai des yeux, une fois, deux fois. Je me mordis même la queue, histoire de bien vérifier que cette fois-ci, je n'étais pas dans un rêve. Après avoir repris quelque peu mes esprits, j'observai la pouponnière. Certaines reines étaient déjà sorties, mais les chatons étaient tous au complet. Nous n'étions que des feignants, en fait. Je souris à moitié, amusée par cette vision. Mais en même temps, j'étais triste. Tous ces chatons dormaient avec leurs frères et leurs soeurs et moi, je n'avais personne, même pas une maman. Puis mon rêve me revint à l'esprit, comme un coup de foudre en pleine tête. Je clignai des yeux, encaissant toutes les images encore fraîches de mon rêve. Les poussins, mon incapacité à les atteindre et la silhouette. Qu'est-ce que ce chat, avec des paroles d'ailleurs incompréhensibles, me voulait ? Je soufflai, tentant d'identifier le félin mais, malheureusement, tout s'embrouillait dans mon esprit. Je secouai la tête afin de chasser ce mauvais rêve de mon esprit, étirai mes pattes et sortis de la pouponnière. La lumière émise par l'astre de feu m'éblouit immédiatement, forçant mes deux azurs à se refermer. Une fois un peu plus habituée, j'ouvris doucement mes prunelles et me retrouvai face à un camp particulièrement actif. Les apprentis attendaient tous sagement leurs mentors, le lieutenant et le chef discutaient vaguement, les anciens se racontaient des histoires sans queue ni tête et les quelques guerriers sans apprentis faisaient des allers-retours entre les territoires et le tas de gibier, qu'ils remplissaient plutôt bien. Il faisait déjà chaud alors que le soleil n'avait pas atteint son zénith. Les derniers dormeurs, eux, restaient confinés dans leurs tanières, espérant que les autres félins se taisent, ce qui semblait impossible. Mon ventre me sortit de mes pensées. N'aimant pas le lait des reines, je prenais des herbes confectionnées par Ombre d'Argent et je n'avais pas pas mangé hier soir. Mais à ce moment-là, j'eus comme un flash. Mon rêve me revint encore une fois en tête, mais plus clairement.

« Maman ! »

Mais quelle idiote ! Comment avais-je pu, ne serait-ce qu'une seconde, ne pas reconnaître ma propre mère ? C'est étrange, je ne l'ai jamais réellement vue de toute ma vie, mais je la connaissais par coeur. Cette image me réchauffa le coeur. Était-elle venue elle-même des étoiles pour me dire bonjour ? Je n'aurais certainement jamais de réponse à cela, mais c'était suffisant pour me donner une grande bouffée de bonheur. Un sourire naquit sur mes lèvres. J'avais faim, et j'avais une envie irrésistible de voir Ombre d'Argent... bon d'accord, d'embêter Ombre d'Argent. J'entrepris la traversée du camp, toute joyeuse, saluant quelques guerriers au passage. Qu'il me tardait d'être apprentie et enfin guerrière. Nuage des Anges, c'est joli, non ? C'est rêveuse que j'arrivai dans la tanière de la guérisseuse. Le fait de la voir augmenta ma bonne humeur ; depuis ma naissance, c'est elle qui s'occupait de moi. En tant que guérisseuse, elle ne pouvait pas avoir de chaton biologique. Mais rien ne lui interdisait d'avoir une boule de poils à protéger. Je lui fis donc un « bonjour » de la tête et attrapai quelques herbes que je connaissais par coeur ; celles pour me nourrir. Je n'avais pas besoin de son consentement, ou qu'elle me les donne, j'avais appris à les utiliser en attendant mes cinq lunes que je commence à manger de la viande. Après avoir délicatement avalé les plantes, je vis Ombre d'Argent partir. Il n'y avait aucune chance pour que je ne vienne pas avec elle. Même si je savais qu'elle n'aimait pas que je la suive en expédition, aujourd'hui, j'étais heureuse.

« Je peux venir avec toi ? Je fis une légère pause, lui laissant le temps de comprendre mes paroles. Enfin, de toute façon je ne t'en laisse pas vraiment le choix ! Alors, on va où ? »


Dernière édition par Patte des Anges le 11/8/2013, 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile Argentée
Admine Ombry la Fan du Chirurgien | Mentor RPG | Chef du Clan Theta



Féminin
Nombre de messages : 371
Age : 22
PUF/Surnom : Silver ou Ombry
Rang Cours RPG : Lieutenante.
Amour : Aucun.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 18/11/2012

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Aucun

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?   9/8/2013, 21:12



Petit chat …
...deviendra grand.





"

« Une nouvelle vie commence. »

"


Pour ne pas changer, la journée débute tranquillement aux chants des oiseaux. Le soleil se lève dans le ciel bleu, disparaissant de temps à autre lorsqu’un nuage le cache. Les Guerriers qui ont monté la garde cette nuit vont se reposer dans leur caverne tandis que d’autres se lèvent encore ensommeillés par leur nuit. Moi, je les regarde depuis l’entrée de mon antre. Avec un sourire sur les babines. Chose qui n’était pas arrivée depuis…Qui n’était jamais vraiment arrivée en réalité.

Bien entendu, j’étais particulièrement fière et heureuse d’être la Guérisseuse du Clan de l’Ombre. Mais ce n’est que depuis quelques temps que j’affiche enfin ma gaité. Jusqu’à présent, je n’avais fait preuve que d’un dévouement sans faille pour mon nouveau poste idéale pour ne pas affronter les autres ou moi-même. Je m’étais voilée la face. Non, avant je n’étais pas heureuse. Qui pourrait l’être, sachant que normalement, ce n’était pas vous qui devriez être ici ? Qui pourrait rire et avoir le cœur léger en sachant qu’une chatte qui avait aussi merveilleuse et resplendissante que Bulle Eternelle ait mit fin à ses jours à cause de votre baptême ?

‘’ Pas moi en tout cas.’’

Pourtant, maintenant, quelque chose a fait changer la balance. Je peux m’autoriser le bonheur finalement. Je peux sourire et profiter de mon poste sans avoir le sentiment d’usurpation qui me mettait mal à l’aise. Je ne suis plus la petite estropiée qui a profité de la mort de l’ancienne Apprentie-Guérisseuse. Je ne suis plus la Guérisseuse boiteuse qui a perdu son mentor le jour de sa nomination.

La matinée passe sans incident. Je fais mon tour du camp, comme tous les jours. Enfin, presque. Pour la première fois depuis un moment, je ne passe pas dans la pouponnière d’entrée de jeu. Plus la peine, il n’y a aucune chatte sur le point de mettre bas, et les autres sont assez en formes pour s’occuper de leurs chatons le temps que je passe voir les autres chats. Je parlotte un peu avec les Guerriers et argumente sur le temps de la journée avec les Anciens. Puis je rentre à mon antre pour un brin de toilette. Tranquillement le camp continue de se réveiller.

Hélas, ma propre tranquillité ne dure pas. Pourquoi cela m’arrive, je ne sais pas. Mais régulièrement, lorsque je me retrouve au calme, avec moi-même, des souvenirs reviennent sans cesse. Autant des bons que des mauvais, malheureusement. Aujourd’hui, comme hier, et avant-hier, c’est le même qui vient envahir mes pensées. Le plus frais dans ma mémoire, mais qui pense encore qu’il doit revenir au-devant de la scène, comme si je pouvais l’oublier d’un jour à l’autre.

Le soir tombait. Ou le jour se levait ? Je ne sais plus. Je n’ai jamais vraiment sus pour tout dire. Je sais que je me reposais tout de même, car à jamais sont gravés dans ma mémoire les hurlements de précipitation qui me tirèrent de mon sommeil. Ces paroles, je ne pourrais jamais les oublier même si je le voulais vraiment. Mais le fait est aussi que je ne le veux point. C’est une leçon qu’il me faut garder à l’esprit pour l’avenir. Comme une punition. Comme un châtiment.

Cependant, pas le temps de continuer dans mes pensées sombres et ténébreuses. Le soleil de ma vie vient de faire son apparition, chassant les ombres de mes souvenirs pour me ramener au beau présent. Patte des Anges, qui porte bien son nom, vient de sortir de la Pouponnière. Mon ange, ma raison de vivre. Qu’est-ce que je serais devenue sans elle a mes côtés ? J’ai déjà failli à ma tâche avec sa mère, je suis tellement heureuse de ne pas l’avoir perdue elle aussi ! Je rentre dans mon antre, le sourire retrouvé. Alors que je m’occupe de mes réserves, je constate que mon chaton vient d’entrer, une nouvelle fois sans parler. C’est devenu une habitude, et comme à chaque fois elle me salut de la tête. Elle le sait pourtant, que je n’aime pas ça.


« Ma chérie, je te l’ai déjà dit des millions de fois. Parles quand tu arrives, c’est la moindre des politesses. Et puis, tu as une voix magnifique. Laisse-la s’exprimer. »

La petit fait comme si, et mange ses plantes tranquillement. C’est un soulagement, de savoir qu’elle se nourrit bien, sans que je sois derrière elle. C’est encourageant. Elle se porte bien qui plus est, même sans véritable mère, et donc sans le lait nourricier. Je remarque alors que ses plantes commencent à diminuer. Il va falloir que j’aille en chercher à nouveau. Il me faudrait également quelques autres herbes dont je commence à manquer. C’est donc tout naturellement que je sors, en direction de la forêt. C’est alors qu’une petite voix s’élève.


«Je peux venir avec toi ? Enfin, de toute façon je ne t'en laisse pas vraiment le choix ! Alors, on va où ? »

Le petit ange. Je pensais avoir réussi à sortir sans qu’elle ne me voie, mais c’est râpé. A chaque fois, c’est la même rengaine. Et j’ai beau répondre toujours la même chose, rien ne change. Et pourtant, quelque part dans le fond, cela a un côté réconfortant, de savoir que rien ne change entre nous. Elle est la seule raison qui me pousse encore à continuer sur ce dur chemin que le Clan des Etoiles a choisi pour moi. Elle est ma bouée, mon point d’amarrage. Mon filet de sécurité. Et la savoir avec moi, aujourd’hui encore, remplie mon cœur de joie.


« Jeune Patte des Anges, les chatons n’ont pas le droit de sortir du camp, tu le sais bien. C’est dans le Code du Guerrier. Tu veux devenir une grande Guerrière n’est-ce pas ? Alors apprend a le respecté dès aujourd’hui. Je vais chercher des herbes, je n’en ai pas pour longtemps. Va donc jouer chaton. »

Après une lichette entre les deux oreilles, je continue mon chemin. Je sors du camp, emplie une bonne fois mes poumons de l’air vivifiant du matin, puis je commence ma route, en trottinant doucement. Je fredonne même un peu, chose qui est devenue habituel pour moi maintenant lorsque je suis joyeuse. Que j’envie cette petite ! Elle a tout pour réussir, c’est certain. C’est elle qui me donne cette envie de chanter. Pour elle, je fais des efforts pour laisser mes émotions s’exprimer. C’est grâce à elle que je vis normalement, malgré tous les malheurs qu’il y a eu dernièrement. Nuage d’Ombre, Bulle Eternelle, Petit Or, Rivière Enneigée… Tous ont disparu… Mais Patte des Anges, elle est bien là. Et je l’aime de tout mon cœur. Je m’identifie à elle, certainement aussi. Et je me sens responsable vis-à-vis d’elle. Mais j’en oublie les bêtises de chaton que j’ai moi-même faites. Quand on est enfant, on n’écoute jamais les grands, n’est-ce pas ?






▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-story-about.forumactif.org/
Patte des Anges
P'tit Nouveau.



Féminin
Nombre de messages : 24
Age : 18
PUF/Surnom : Candies, always.
Rang Cours RPG : J'étais vétéran, non ?
Amour : Mais je suis un chaton !
Autre(s) Compte(s) : Bulle Éternelle & Panda Nuageux, même si techniquement ils sont un peu... morts.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 03/08/2013

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Tout doux, tout doux.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?   10/8/2013, 13:48


Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ? (3).


- Don't blink. Blink and you're dead. Don't turn your back, don't look away. And don't blink. Good luck.

« Jeune Patte des Anges, les chatons n’ont pas le droit de sortir du camp, tu le sais bien. C’est dans le Code du Guerrier. Tu veux devenir une grande Guerrière n’est-ce pas ? Alors apprends à le respecter dès aujourd'hui. Je vais chercher des herbes, je n’en ai pas pour longtemps. Va donc jouer chaton. »

Chaton ? Chaton, sérieusement ? Sans réellement le savoir, Ombre d'Argent venait de me conforter dans mon idée. Certes, le code du Guerrier devait être respecté, mais je n'étais pas encore apprentie, personne n'allait m'envoyer nettoyer la litière des anciens ou leur arracher les tiques. Et puis, je sais que ma vraie maman, Rivière Enneigée, était réputée pour être têtue. Je pense bien avoir hérité de ce caractère. Puis, quelque part, tout au fond de la guérisseuse, je pouvais entrevoir une pointe d'amusement, une pointe de bonheur. Et je savais qu'elle était contente que je la suive comme je le faisais. Ne t'inquiète pas maman, tu ne seras pas déçue ! Elle me fit une brève lichette entre les deux oreilles, ce contact me faisait frissonner. C'était tellement agréable. Ce geste, d'une beauté incomparable, procurait un doux sentiment de sécurité. C'était rassurant de savoir que quelqu'un nous protégeait, nous prenait sous son aile. La guérisseuse, satisfaite, poursuivit son chemin afin de traverser le camp et de sortir du camp. J'attendis un peu, histoire de ne pas me faire repérer. Et, à pas de loups, je traversai le campement et me retrouvai en face du tunnel. Un regard à gauche, un regard à droite. Personne. Je me faufilai alors à travers le tunnel et me retrouvai, pour la deuxième fois de ma vie, face à la nature. La sensation de bonheur que j'avais éprouvée la première fois m'envahit de nouveau. Le chant des oiseaux était plus intense et je me surpris à les écouter pendant plusieurs minutes. Mais ma mission première me revint en tête ; trouver Ombre d'Argent. Ce ne fut pas compliqué, elle n'était pas loin, en train de cueillir des plantes que je n'aurais jamais pu reconnaître. Je pris mon élan et entama une course folle pour rejoindre la guérisseuse.

« Maman, aide-moi ! »

En plein milieu de ma course, ma patte s'était coincée dans un rocher. Je ne la pensais pas cassée, ni-même fracturée, mais la douleur était insupportable. Je ne savais pas si la guérisseuse avait entendu mon appel au secours. En me voyant, elle allait certainement m'achever pour que plus jamais je ne l'embête à traîner dans ses pattes. Je n'eus pas le temps de savoir si mon appelle au secours avait marché puisque je basculai en avant, ma tête frappant violemment le sol. Un coup plutôt dur pour un chaton de deux lunes. Et je ne pouvais pas résister à l'inconscience qui me guettait. Après plusieurs secondes de lutte, je fermai les yeux et m'enfermai dans le monde des rêves.
Le monde des rêves. Un lieu étrange dont il était très difficile de le comprendre. On pouvait rêver de tout et de n'importe quoi. Surtout de n'importe quoi. Une nuit on pouvait rêver de papillons et de licornes, l'autre on rêverait de vampires et de loups-garous. Et le pire, c'est que l'on n'avait aucun contrôle sur les rêves. Ceux qui disent "mordez-vous la queue pour vous réveiller" n'ont pas du rêver de grand chose. Avez-vous déjà essayé ? C'est impossible puisque dans un rêve, on a l'impression que tout est réel. Comme si être attaqué par un oiseau violet était normal. Comme mon songe de ce matin. Les poussins, la silhouette. Tout m'avait paru si réel alors que maintenant, je trouvais cela totalement idiot. Mais ancrée dans ce rêve, j'avais eu une acide impression de réalité. Lorsque l'on est inconscient, c'est exactement la même chose ; on rêve. Sauf que par je-ne-sais quel moyen, il était impossible de se souvenir de quoi on avait rêvé en se réveillant. D'un côté, ce n'était pas plus mal. Inconscient, nos rêves doivent être un peu plus sombres et je n'avais aucune envie d'être terrifiée jusqu'à la fin de ma vie.

Alors, j'ouvris les yeux. Il me fallut un instant pour m'habituer à la luminosité ambiante. Il me fallut aussi un moment pour pouvoir me situer. Je regardai autour de moi, clignant des yeux. Après une longue inspection, je reconnus l'antre de la guérisseuse. J'étais allongée et j'essayai de bouger, mais une vive douleur dans la patte me ramena à la réalité. J'étais tombée et, me cognant la tête, je m'étais évanouie. Apparemment, Ombre d'Argent avait entendu ma détresse et était venue me secourir. J'inspectai mes pattes ; la patte arrière droite était bandée par des toiles d'araignées. J'affichai une mine dégoûtée en imaginant ces bêtes. Heureusement qu'elles n'étaient pas sur les toiles qu'appliquait la guérisseuse, j'aurais certainement pu tomber dans les pommes une seconde fois ! D'un coup, le sol sembla tourner et un mal de tête puissant se fit sentir. Ah oui, ma blessure à la tête. Je ne pouvais pas la voir, mais là aussi des toiles d'araignées avaient été appliquées. La vision un peu floutée, je vis Ombre d'Argent arriver. Je n'entendais pas grand chose, je savais qu'elle me parlait, mais je ne comprenais pas. Alors j'hochai la tête de haut en bas afin de la rassurer et attendis qu'elle ait terminé. Bon, je comprendrais plus tard le sens de ses paroles. Je m'allongeai, regardai de mes yeux océan la féline. J'avais eu une drôle d'impression lorsque j'étai inconsciente et une question constante trottait dans ma tête. Sachant que je ne pourrais pas bouger avant quelques jours, j'entrepris de parler avec ma maman adoptive, même si elle était encore en colère contre moi. J'allais lui poser une question qui sortait du contexte, elle n'allait certainement pas comprendre pourquoi je lui demandais ça, mais j'avais besoin de savoir.


« Dis maman, est-ce que la vie en vaut la peine ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile Argentée
Admine Ombry la Fan du Chirurgien | Mentor RPG | Chef du Clan Theta



Féminin
Nombre de messages : 371
Age : 22
PUF/Surnom : Silver ou Ombry
Rang Cours RPG : Lieutenante.
Amour : Aucun.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 18/11/2012

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Aucun

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?   11/8/2013, 18:43



Petit chat …
...deviendra grand.





"

« Une nouvelle vie commence. »

"




«Maman, aide-moi ! »

Mon sang se glace dans mes veines suite à l’appel au secours de mon bébé. Mon cœur rate un battement, le temps semble soudain ralentir dangereusement. Une pression énorme pesse de tout son poids immense sur mes épaules alors que j’oblige mon corps à tourner en direction de mon petit ange. Avec ma patte boiteuse, le résultat est bien trop lent à mon goût, mais je ne peux faire autrement. Surtout avec la peur terrible qui traine au fond de mon estomac. On dirait comme des papillons, ou autres insectes qui grouilleraient dans mon corps en tentant de s’enfuir. Ca fait mal.

Comme dans un rêve, je vois la petite tombée, tête la première. J’hurle, comme si ça allait changer quelque chose. Que quelqu’un m’entende ! A l’aide, au secours ! Ma fille est en train de faire une mauvaise chute et je ne serais jamais assez rapide pour la protégée ! Je cours, mais c’est inutile. Je ne sers à rien, une bonne à rien. Je cours, je vole même. Mais pourtant, je fais du sur-place. Pas moyen d’avancer ! Attends, Chaton ! Maman arrive, ne t’inquiète pas ! Maman va t’aider, te sauver mon chaton, alors s’il te plait, tiens bon d’accord ? Par pitié, ne te fait pas mal, je t’en supplie !

‘’ Ombre, Bulle, si vous êtes là, protégez la par pitié ! ’’

Je ne peux que la regarder s’écraser à terre, sa pauvre petite tête fragile frappant durement le sol. Pourquoi, mais pourquoi est-ce que cela arrive ?! Pourquoi faut-il que les chats que j’aime subissent obligatoirement de telles situations ? Ombre est morte, Bulle est morte, Or a changé du tout au tout, et maintenant mon bébé est blessé à cause de moi ! Qu’ai-je fais au Clan des Etoiles pour subir pareil punition ? Je vous ai déjà dédié ma vie, que voulez-vous de plus ?

Rivière Enneigée, est-ce que c’est toi ? Tu te venges sur moi, parce que je n’ai pas réussi à te sauver ? Je vis, je ris, je pleure alors que toi tu es morte. J’aime, qui plus est, j’aime ton enfant comme si c’était le mien. C’est cela n’est-ce pas ? Tu m’en veux de t’avoir laissé mourir, sans arriver à te sauver, et maintenant je te remplace. C’est ça. Je n’ai pas le droit de m’en occuper, c’est ce que tu veux me dire. Quelle idiote j’ai été de croire que je pourrais être heureuse et ressemblée enfin à n’importe quelle chatte.

Moi qui est choisie la guérison, je n’ai pas le droit d’avoir d’enfant. Est-ce que ça veut dire que je n’ai pas non plus le droit d’en adopter ? Je vais devoir vieillir en regardant les autres avoir ce que moi je ne pourrais jamais avoir, c’est cela mon destin ? Est-ce que pour me punir d’avoir voulu être normale, vous allez me retirer Patte des Anges, Clan des Etoiles ? Êtes-vous si mauvais pour faire une chose pareille ?
Un oiseau se met soudain à chanter, alors que le silence s’était abattu sur la forêt. Tournant la tête dans sa direction, je constate qu’il est sur une branche, pas loin. Et sous cette branche, près du sol, des toiles d’araignée en pagaille.


Les nuages au-dessus de ma tête disparaissent aussi vite qu’ils étaient arrivés. C’est un signe. Un signe de nos Ancêtres. Ils me guident, une fois de plus, ils me montrent leur soutien. C’est Ombre et Bulle, j’en suis certaine ! Je me dépêche de courir jusque là-bas. Pas de temps à perdre, je récupère quelques toiles et file auprès de mon bébé. Je l’examine rapidement. Sa patte est touchée, elle va surement devoir éviter de bouger pendant une petite semaine par mesure de sécurité. J’ai plus de peur pour sa blessure à la tête. Ma pauvre petite ne s’est pas loupée. Délicatement, je lui entour la tête et la patte dans des toiles. Je dois même aller en rechercher d’autres. Finalement, j’ai paré au plus urgent.

Cependant, il me reste un énorme problème sur les pattes. Comment je la ramène au camp ? Je pourrais aller chercher de l’aide, mais hors de question de la laisser seule. Attendre ? Impossible. Ça pourrait durer des heures. Pas le choix donc, il faut que je nous rapproche du camp. Avec un soin et une précaution infinie, je prends par la peau du cou mon petit ange. Grâce soit rendue au Clan de nos Ancêtres, Valse Etoilée était en sortie à ce moment-là. Très vite je l’ai rencontré, et elle m’a aidé. Une fois dans mon antre, j’ai continué les soins pour mon bébé. Loué soit le Clan des Etoiles, elle ne tarda pas à se réveiller.


« Ne bouge pas Chaton, ta patte et ta tête vont être douloureuses encore un peu. Tu as fait une bien mauvaise chute mon Ange… »

La petite hoche la tête à mes paroles, bien que je sois certaine qu’elle n’en comprend pas la moitié. Le temps continu de filer, le chaton me regarde avec ses yeux bleus incomparable. Comme ceux de sa mère. Ce que Rivière Enneigée me manque ! J’aurais la conscience bien plus tranquille si je l’avais sauvé. Mais j’ai échoué dans mon rôle de Guérisseuse, comme j’aurais pu échouer à sauver Patte des Anges aujourd’hui. Un frisson me secoue à cette horrible pensée.


«Dis maman, est-ce que la vie en vaut la peine ? »

En voilà une drôle de question existentielle. Je ne pensais pas que le jour où je parlerais de choses aussi complexes serait venu si vite. Bien sûr, je ne m’étais pas fait d’illusions. Un jour ou l’autre, ça devait arriver. Avec un sourire, je regarde un instant la petite avant de répondre. Ma réponse, je la puisse en la regardant. C’est elle ma réponse.


« Chaton, la vie est une chose complexe tu sais. Il y a du bon, et du moins bon. Aujourd’hui, j’ai cru que j’allais te perdre. Aujourd’hui, je me suis sentie impuissante face à la vie, et pendant un instant j’ai bien songé que la vie ne valait pas tous les sacrifices que j’ai dû faire ou subir dans mon existence. »

Je fais une pause, histoire qu’elle réfléchisse un peu à mes paroles. Je veux qu’elle comprenne que j’ai eu peur, et que je ne suis pas en colère contre elle. Elle est trop précieuse à mes yeux pour que je sois fâchée, et je suis trop soulagée de la voir en vie pour gâcher notre temps ensemble. Avec une lichette sur la joue, je reprends la parole.


« J’ai souffert Chaton, et je souffre encore de mes erreurs aujourd’hui. Mais quand bien même, pour moi la vie vaut la peine qu’on s’y accroche. Rien que pour toi, je veux vivre et être heureuse. Lorsqu’on a des chats auxquels on tient, on veut vivre pour eux. Mais aussi pour ceux qui ne sont plus, afin que leur sacrifice ne soit pas vain. La vie en vaut toujours la peine, quand on prend le temps de chercher le positif chérie. »






▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-story-about.forumactif.org/
Patte des Anges
P'tit Nouveau.



Féminin
Nombre de messages : 24
Age : 18
PUF/Surnom : Candies, always.
Rang Cours RPG : J'étais vétéran, non ?
Amour : Mais je suis un chaton !
Autre(s) Compte(s) : Bulle Éternelle & Panda Nuageux, même si techniquement ils sont un peu... morts.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 03/08/2013

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Tout doux, tout doux.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?   11/8/2013, 20:46


Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ? (5).


- Today is the first day of the rest of your life.


« Chaton, la vie est une chose complexe tu sais. Il y a du bon, et du moins bon. Aujourd’hui, j’ai cru que j’allais te perdre. Aujourd’hui, je me suis sentie impuissante face à la vie, et pendant un instant j’ai bien songé que la vie ne valait pas tous les sacrifices que j’ai dû faire ou subir dans mon existence. »

Ombre d'Argent fit une pause, me regardant avec insistance dans les yeux. Je pouvais voir une dizaine d'émotions défiler en même temps. De la peur, de la tristesse. Mais je n'arrivais à déceler aucune pointe de colère mis à part celle qu'elle déversait contre elle-même. Elle ne m'en voulait pas de l'avoir suivie. Elle n'était pas énervée et apparemment, elle ne m'avait pas grondée lorsque j'étais encore à moitié inconsciente. Au contraire, elle avait eu peur. Et elle culpabilisait. Tout de suite, je ravalai ma fierté. J'avais été une idiote de sortir du camp pour la rejoindre. Je n'avais pas vu la possibilité de me faire mal. Je n'avais pas non plus pensé à la frayeur de ma maman adoptive. Je baissai la tête, honteuse de lui avoir fait tant peur. Je savais que la guérisseuse s'en voulait d'avoir laissé ma vraie maman mourir. J'avais entendu l'histoire de Nuage d'Ombre et de Bulle Éternelle et je savais qu'Ombre d'Argent avait énormément souffert suite à ces événements. Et voilà que désormais, elle avait une nouvelle plaie dans ses pattes. Ombre d'Argent méritait le bonheur, mais je n'étais certainement pas la perle qui allait le lui procurer. Je m'étais peut-être trop attachée à elle, finalement ? Mais lorsque je levai la tête et croisai les yeux de la guérisseuse, je vis une lueur d'espoir au fond de ses prunelles. Elle me fit une lichette que j'appréciai et repris la parole.

« J’ai souffert Chaton, et je souffre encore de mes erreurs aujourd’hui. Mais quand bien même, pour moi la vie vaut la peine qu’on s’y accroche. Rien que pour toi, je veux vivre et être heureuse. Lorsque l'on a des chats auxquels on tient, on veut vivre pour eux. Mais aussi pour ceux qui ne sont plus, afin que leur sacrifice ne soit pas vain. La vie en vaut toujours la peine, quand on prend le temps de chercher le positif chérie. »

Je buvais ses paroles, la laissant terminer calmement. L'impression que j'avais eue précédemment, celle d'être inutile à la vie de guérisseuse, fut bien remplacée par une sensation de fierté. Alors comme ça, j'étais un peu comme la bouée de sauvetage d'Ombre d'Argent ? Un sourire s'esquissa sur mon visage. C'était à la fois étrange et agréable de savoir qu'on était important pour quelqu'un. Ainsi, après tous les événements traversés par la guérisseuse, elle cherchait toujours à se raccrocher à la vie. C'était beau. Même si je n'avais que deux lunes, je me demandais comment elle faisait. Je ne supportais pas d'avoir perdu ma maman - une féline que je n'avais d'ailleurs pas connu -, alors perdre mon mentor et ma meilleure amie, je n'imaginerai même pas la douleur ressentie. J'approchai d'elle, clopin-clopant, et me logeai près d'elle. J'émis un ronron de bonheur. Cette féline me rendait heureuse et je ne savais même pas pourquoi. Peut-être grâce à sa voix magique, ou de son sourire si rassurant ? Je ne trouverais certainement jamais la réponse. Mais je savourais cet instant auprès d'elle. Être coincée quelques jours dans l'antre de la guérisseuse ne serait pas un fardeau, bien au contraire ! Et même si je voulais être guerrière, je pourrais peut-être apprendre quelques herbes, histoire de me vanter auprès de mes futurs camarades apprentis. Oui, c'était un bon plan. La conversation initiale me revint en tête. Ombre d'Argent était en contact avec les guerriers-étoilés et je me posais une question.

« J'ai fait un rêve, cette nuit... j'essayai de sauver des poussins, quand maman est apparue... »

Je marquai une longue pause, afin de me remémorer mon mauvais rêve dans tous ses détails. Je me demandais également ô combien je devais sembler stupide à parler de poussins alors que je n'en avais jamais vus de toute ma vie. En revoyant les images de mon rêve, je me blottis un peu plus contre la guérisseuse, cherchant du réconfort que je trouvai tout de suite. Mes ronronnements s'étaient arrêtés, je n'étais plus aussi rassurée qu'avant. Je pris un certain temps avant de continuer. Je ne savais pas si Ombre d'Argent était prête à entendre ce que j'allais dire puisque la culpabilité la rongeait encore. Mais j'avais besoin de savoir. Alors, je pris une profonde inspiration et regardai ma maman adoptive droit dans les yeux. Je me voulais une voix rassurante, je ne voulais pas que la féline se sente mal à l'aise, ou triste suite à mes paroles.

« Est-ce que tu l'as vue maman, quand tu parlais au Clan des Étoiles ? Est-ce que je lui manque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile Argentée
Admine Ombry la Fan du Chirurgien | Mentor RPG | Chef du Clan Theta



Féminin
Nombre de messages : 371
Age : 22
PUF/Surnom : Silver ou Ombry
Rang Cours RPG : Lieutenante.
Amour : Aucun.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 18/11/2012

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Aucun

But/Projet
:

MessageSujet: Re: Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?   1/10/2013, 13:16



Petit chat …
...deviendra grand.





"

« Une nouvelle vie commence. »

"


Mon petit chaton sourit furtivement à la suite de mes paroles. Je vois bien dans son regard pétillant qu’elle comprend ce que j’ai voulu lui transmettre, du moins une partie. Sans elle, je ne suis rien. C’est grâce, ou à cause, d’elle que je vis encore, que je m’accroche de toutes mes forces à cette vie si indifférente de nous. Tous les jours, beaucoup meurent, d’autres vivent. C’est la vie dit-on. C’est la nature. C’est injuste également, mais on ne peut rien y faire, nous pauvres petits êtres insignifiant face au vaste monde.

C’est pourquoi j’ai besoin de mon Ange. J’ai besoin de cette petite. Cela me permet de me sentir enfin importante, relativement. Au moins pour elle. Car grâce à moi, j’ose espérer que Patte des Anges aura une belle vie, remplie de joie et de bonheur. Comme elle aurait eu très certainement avec Rivière Enneigée. Je veux faire tout mon possible pour elle, mais aussi pour mon clan. Pour notre clan. C’est mon rôle, à moi Guérisseuse. C’est ce qu’aurait voulu faire Nuage d’Ombre, c’est ce qu’a fait Bulle Eternelle avant de partir. C’est donc mon futur.

‘’ Je vais continuer de perpétrer cette tradition.  ’’

Mon petit chaton, je sais ça semble tellement égoïste.  Mais mon petit chaton vient se blottir contre moi, doucement. J’entends parfaitement le petit ronron qui provient de son petit corps. Que je suis fière en cet instant ! Que je suis heureuse. Malgré tout ce qu’il m’est arrivée dans ma courte vie, j’ai le droit d’avoir ces instants de bonheurs. Et ils sont pour moi sans prix. Rien ne me ferait les échanger, même pour revoir la douce apprentie qui m’a laissé sa place, ou mon talentueux mentor. Que je suis égoïste tout de même.

Ronronnent moi aussi, je penche la tête vers Patte des Anges. Je respire son parfum, si apaisant, si parfait. J’aime la sentir proche de moi, contre moi. J’aime la voir sourire et s’épanouir. Et j’aime nos moments d’intimités comme celui-ci. Personne n’ignore dans le clan que j’ai pris la petite sous mon aile, et tous l’ont très bien accepté. Nous avons tellement de chance. J’ai tellement de chance. Je prie pour que le temps s’arrête un instant, un moment pour perdurer comme ça jusqu’à la fin des temps.


« J'ai fait un rêve, cette nuit... j'essayai de sauver des poussins, quand maman est apparue... »

La voix de mon Ange me tire de mes pensées. Je la regarde tranquillement, les yeux remplies d’amour. Ce que je suis égoïste réellement. J’ose me plaindre de ma vie, alors que la petite souffre plus que moi. Qui suis-je pour prétendre avoir mal quand j’ai en face de moi un si jeune chaton privée de sa mère ? Je n’ai moi-même jamais connu ma famille, en dehors de Tatie Pluie, bien que le chaton ne le sache pas. Je n'ai encore jamais parlé de mon passé avec elle. Ma mère et mon père sont morts sans que j’ai pris connaissance d’eux. Je n’ai qu’entendu des histoires sur eux. Je ne peux même pas me dire qui ils étaient vraiment.

Les histoires ne sont pas la réalité. Qui me dit que le clan ne m’a pas menti pour que je n’ai pas honte de mes parents ? Personne. Même pas eux. Jamais ils ne sont venus me parler en rêve. Mais ce n’est pas grave. Je ne leur en veux pas. Et je préfère croire aux dires de mes amis, de ma famille. J’ai eu une famille adoptive et ensuite la mienne, véritable cette fois. Alors aujourd’hui, c’est à mon tour de faire connaitre le bonheur à cette petite. Et aux autres petits également. Aux Guerriers. A ma chef. A tout mon clan.

La petite prend une pause, pour se donner du courage et chercher ses mots sans doute. Qu’elle est mignonne. Même si jeune, elle prend le temps de réfléchir avant de parler pour ne pas blesser. Ses ronronnement ont cessé, et je la sens se rapprocher de moi encore plus.  Pour lui donner plus de courage, je lui fais une lichette sur la tête. C’est un geste tellement banal maintenant, mais qui a tant d’importance. Doucement je ronronne, pour lui dire de prendre son temps et que je suis toute à son écoute. Que je suis là pour elle et qu’elle ne doit pas avoir peut.


 «Est-ce que tu l'as vue maman, quand tu parlais au Clan des Étoiles ? Est-ce que je lui manque ? »

La petite me regarde droit dans les yeux tout en prononçant ces quelques paroles. Derrière si peu de mot, je ressens le désespoir profond qui l’habite. J’ai beau tout faire, je ne peux remplacer complétement le vide laissé par l’absence de sa mère. Sans parler de son père, mais c’est une toute autre histoire… Jamais elle n’aura la famille qu’elle est en droit d’avoir avec moi, puisque je suis condamnée à rester seule jusqu’à la fin de ma vie.


 « Oh, chaton. »

C’est à mon tour de prendre un peu de temps pour répondre. Que dois-je faire ? Avec cet espoir dans ses yeux, je ne peux pas me permettre de détourner le regard. Mais pus-je lui dire la vérité sans la blesser ? Aurais-je le courage autrement de lui mentir pour ne pas la faire souffrir ? Est-il plus important qu’elle sache ou qu’elle pense savoir ?


 « Tu sais chérie, le Clan des Etoiles ne me contacte jamais pour parler et prendre de mes nouvelles ou celles du clan. Ils n’ont pas besoin que je leur dise, ils savent déjà tout puisqu’ils nous surveillent à chaque instant.  »

Je fais une pause, histoire qu’elle puisse réfléchir un peu. Ce n’est pas chose évidente d’expliquer ça à un chaton. Même à un adulte, c’est une tâche ardue. Encore plus quand on attend quelque chose de vous et que vous êtes incapable de lui donner. Avec un soupir, je reprends bien vite. Je ne veux pas non plus qu’elle se mette à penser que sa mère a refusé de prendre de ses nouvelles.  


 « Ta maman est là-haut, c’est certain. Elle n’est plus ici, mais elle commence une nouvelle vie, une nouvelle étape. Elle doit prendre ses marques, faire connaissance avec  tous nos ancêtres. Revoir sa famille et ses amis disparus avant elle. Apprendre et écouter des anciens. Tout comme toi, elle commence l’apprentissage d’une nouvelle vie. Elle n’a pas le temps de venir me rendre visite toute les nuits. Elle a d’autre chose à faire. »

J’espère de tout cœur arrivée à faire comprendre à ma protégée ce que je tente de lui transmettre. Mais c’est difficile pour moi de m’exprimer. Comment puis-je dire à cette petite que sa mère ne m’a pas parlé, encore moins d’elle ? Patte des Anges semble tellement attendre de moi en cet instant.


 « De plus, seuls certains membres du clan des Etoiles communiquent avec moi, et ce uniquement dans les cas extrêmes. Alors non mon chaton, Rivière Enneigée ne m’est pas apparue en rêve. Mais je suis certaine qu’elle te surveille de là-haut. Pas besoin de venir me voir pour savoir tout sur toi, elle est toujours concentrée sur une chose : toi. Et tu dois lui manquer terriblement, autant qu’elle te manque si ce n’est plus.  »

Je me couche soudain, mes pattes ne supportant plus mon poids. J’ai du mal à continuer de parler. Pourquoi ai-je l’impression que ces paroles sont tournées vers moi alors qu’elles sortent de ma bouche ? J’ai toujours reproché à Bulle Eternelle de ne pas venir me rendre visite. Depuis sa mort, jamais je ne l’ai revue. Je ne sais même pas si elle est bien là-bas ! Peut-être qu’ils lui ont refusé l’entrée aux cieux, car elle a décidé elle-même de les rejoindre ? Je suis dans l’incertitude complète. Mais je me force à sourire pour mon Ange. Je m’installe un peu mieux, pour faire croire que je prends juste mes aises pour parler avec elle. Je ne veux pas qu’elle s’inquiète pour moi. Je vais bien. Je crois.


 « Il ne faut pas lui en vouloir chaton. Elle viendra. Quand elle aura le temps. Peut-être même qu’elle viendra directement te voir ! Je suis en tout cas certaine qu’elle pense tout le temps à toi. En attendant, tu m’as moi sur le dos, c’est déjà pas mal non ? »

Je lui sourit, tellement heureuse de l’avoir avec moi. Comme elle est précieuse pour moi !  A peine entrée dans ma vie, je ne peux déjà plus m’en passé. J'espère avoir un peu le même effet sur elle. j'espère lui être un peu utile.


HS : Désolée du retard T-T J'espère que c'est pas trop pourri XD

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-story-about.forumactif.org/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?   Aujourd'hui à 15:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Dis, est-ce que la vie en vaut la peine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ça vaut vraiment la peine d'immigrer au Canada ?
» Aidez-moi à choisir ma chaise-haute!
» Machine à laver séchante ou machine à laver + sèche linge
» Ma mère m'a toujours dit " Un garçon qui sait attendre, c'est un garçon qui en vaut la peine "
» Besafe Izi Plus ... vaut la peine pour passer de 18 à 25kg ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Corbeille des RPs-