Après le drame de l'Assemblée sanglante, la vie reprend son cours...normalement ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Une Assemblée a lieu en ce moment même, ouverte à tous. Venez nombreux pour participer ! Cependant, n'oubliez pas, les postes sont limités à 40 lignes pour ce topic.
Vous pouvez maintenant participer à de petites quêtes regroupées ici . Venez changer vos Rps !
Vous pouvez aller poster sur ce sujet pour y mettre vos suggestions ou idées pour faire remonter le forum, et tout ce qui vous passe par la tête. Ensemble, faisons bouger les choses !
Nous avons une nouvelle Staffienne, Ombre d'Argent ! Elle est de retour dans le Staff en tant que Modette, alors c'est super !

Partagez | .
 

 INTRIGUE - L'attaque des Chiens - Rivière - Part. I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 23
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: INTRIGUE - L'attaque des Chiens - Rivière - Part. I   29/10/2012, 00:30

Encore une journée éreintante pour le guérisseur du Clan de la Rivière. Le froid s’était abattu sur la forêt aussi rapidement et durement qu’un roc se décrochait d’une montagne. La veille encore, les félins se prélassaient au soleil, le flanc exposé à ses rayons pour faciliter une digestion tout juste commencée. Aujourd’hui pourtant, les museaux soufflaient blanc et les bouts d’oreilles rougissaient de froid. Un tel changement de température n’était pas sans amener de mauvaises nouvelles. Mal blanc, mal vert : il valait mieux se préparer à toutes les possibilités. Museau de Givre avait donc fait le tour de tout son territoire -plus ou moins- pour y récupérer la plupart des herbes et graines qu’il lui fallait. Mis à part l’herbe à chat et d’autres plantes qui ne poussaient qu’ailleurs, il avait réussi à tout ramener en un temps record. Sa rapidité et son agilité l’avaient grandement aidé dans son entreprise. Courant à droite à gauche, trouvant les meilleurs passages, guettant les meilleurs effluves, il ne lui avait fallu que la journée pour tout rassembler.

Maintenant que la nuit tombait sur les Clans, il se permit une petite pause. Le matou n’avait pas mangé de la journée et rien qu’à penser aux poissons qui l’attendaient sur la pile de gibier, son estomac cria famine. En temps normal, il se serait abstenu, toujours dans l’optique de privilégier son clan, mais avec le froid qu’il faisait et les longueurs de queue de renards qu’il avait parcourues dans la journée, mieux valait qu’il ne tire pas trop sur la corde. Résolu, il se dirigea donc vers les prises de la journée. Sous la lueur des premières étoiles, certaines commençaient à givrer alors pour ne pas qu’elles soient gaspillées, il prit un des petits ombles -poisson de rivière- et s’occupa de l’écailler avant de l’engloutir sans pouvoir se retenir. À croire que la faim le tenaillait depuis bien plus longtemps que ce qu’il lui avait semblé.
Son repas terminé et alors que la plupart des félins du camp dormaient, Museau de Givre fit un brin de toilette sur place et retourna à son antre. Plus il avançait et plus il avait l’impression d’y passer le plus clair de son temps. Avec un petit soupir -de fatigue certainement-, il arriva dans cet espace si familier et rassurant et vit qu’il lui restait encore quelques petits tas d’herbes à ranger. Il ne lui fallut que quelques minutes pour que la tanière soit impeccable. À présent, il s’agissait de dormir. Après la journée qu’il venait d’avoir, même le plus valeureux, le plus fort ou le plus fou des chats, tomberait de fatigue. Il ne lui fallut donc qu’une trentaine de secondes, à partir du moment où ses paupières s’étaient fermées, pour qu’il ne s’assoupisse.

Un flash, de la lumière, puis plus rien. Le noir absolu.
Un bruit, un son, puis plus rien. Le silence absolu.
Un effluve, une odeur, puis plus rien. Le vide absolu.

En moins de temps qu’il n’en fallait pour le penser, les yeux bleus verts du guérisseur s’ouvrirent, se plissèrent, puis papillonnèrent. Où était-il tombé ? Alors que ses pupilles cherchaient presque désespérément un indice, il tenta de se remémorer les évènements. Les herbes, les graines, le poisson, les derniers rangements, sa litière de mousse.

*Un rêve.*

Oui, ce devait être ça. Un rêve. Il était en plein rêve. Tout à coup rassuré, ses muscles se détendirent sensiblement et son souffle reprit un rythme normal. Maintenant que le matou savait où il était, il lui fallait analyser ce qu’il voyait. Se concentrant à nouveau sur sa vue, il remarqua bien vite qu’il ne voyait rien. Agitant les oreilles, il voulut vérifier si un son lui parvenait, mais rien non plus. Le nez en l’air, il ne décelait toujours rien.

*Mais que se passe-t-il ?*

Alors que la question tournait, tournait et tournait encore dans sa tête, la lumière se fit subitement sous ses yeux, l’éblouissant pendant quelques secondes. De nombreux paysages se mirent à défiler devant lui. Une rivière coulait, un bosquet bruissait, de grands pins ondulaient, des marécages grouillaient, des grottes résonnaient. Son esprit cherchait à analyser les choses au fur et à mesure qu’elles lui apparaissaient, mais à peine eut-il le temps de penser *Les Quatre Territoires.* qu’une série de sensations le secoua aussi violemment que l’aurait fait un chien avec un chaton. D’abord des odeurs : de sang, de terres, de sueurs. Puis des sons : des cris, des hurlements, des gémissements. Et des sentiments : douleur, effroi, angoisse.

Un flash, de la lumière, puis plus rien. Le noir absolu.
Un bruit, un son, puis plus rien. Le silence absolu.
Un effluve, une odeur, puis plus rien. Le vide absolu.

Le souffle complètement bloqué, Museau de Givre se réveilla en sursaut. Sa respiration chaotique résonnait dans son antre tandis qu’il tentait de se calmer. Dans sa tête se bousculaient encore les cent milles éléments qui venaient de lui être exposés. Il ne pouvait pas vraiment parler d’images, puisqu’en réalité, il n’en avait perçues que deux ou trois, maximum. Ça apparaissait plus comme des notions, ou des idées. Mais peu importait le terme exact car une chose était sûre : il ne s’agissait pas là d’un rêve ordinaire. Le Clan des Étoiles avait parlé.

Un coup de langue sur le poitrail, un coup de patte sur le front et voilà que Museau de Givre sortait de sa tanière comme une flèche. Sans même se rendre compte qu’il commençait déjà à faire jour, il arriva très vite devant l’antre d’Étoile du Présage. D’une voix qu’il espérait plus calme que ce que lui l’était, il se présenta et entra. Rapidement mais avec le plus de précision qu’il le pouvait, il lui expliqua la situation. Deux minutes plus tard, ils prirent la décision de mettre en place une patrouille de surveillance. Quelque chose de grave se préparait, c’était un fait. La meneuse préféra, après avoir récité la phrase vieille d’il ne savait combien d’années, laisser son guérisseur parler, puisque c’était lui qui avait fait le rêve.

- Cette nuit, le Clan des Chats de Jadis m’a envoyé un signe, un mauvais signe. J’en appelle donc à votre vigilance. Nous ne savons pas encore quelle est la nouvelle menace qui plane au-dessus de nos têtes, mais le mieux est encore de rester prudent jusqu’à ce qu’elle soit identifiée. Dans cette optique, une patrouille sera mise en place. Vif Éclair, Nuage de Charbon et Plume d’Eau, vous partez immédiatement. Griffe Flamboyante, tu prends la tête de la patrouille. Nuit : tu les suis comme leur ombre. Tu fais ce qu'ils te disent. Votre mission à tous : repérer tout ce que vous pourrez trouver de suspect.

Une fois que tout fut mis en place, le guérisseur fila à toute allure vers sa tanière et se lança dans l’inventaire de toutes les herbes qu’il lui faudrait. Heureusement, sa cueillette de la veille avait été prometteuse.

- Toux : ok. Maux de ventre : ok. Maux de tête : ok. Maux de gorge : ok. Plaies moyennes : ok. Plaies importantes : ok. Hémorragies : ok. Fractures : ok.

De ce côté-là, tout était en ordre. Museau de Givre s’activa alors à faire le tour de tous les membres faibles du Clan. La pouponnière, la tanière des anciens. A priori, tout allait bien de ce côté aussi. Alors il vint s’assoir au centre du camp, sa queue enroulée autour de ses quatre pattes.

*Clan des Étoiles... Que nous préparez-vous encore... ?*


[Étoile du Présage, si jamais une chose ne te va pas, n'hésite pas à me le dire, je modifierai mon RP.
Pour ceux qui n'apparaitraient pas dans la liste des membres participants à la patrouille, veuillez me faire parvenir vos noms par mp, pour que je vous ajoute !
Et euh... Il me semble que c'est tout ! Si questions, revendications ou autres vous avez, les poser vous devez ! ;D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Museau de Givre
VIP à jamais dans nos coeurs ♥

avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 23
PUF/Surnom : Kause.
Rang Cours RPG : Lieutenant.
Amour : Aucun. Un guérisseur n'aime que son Clan.
Autre(s) Compte(s) : Aucun.
Avertissements :
0 / 30 / 3

Date d'inscription : 28/12/2011

Profil du/des Minous

Affinités
:

Mentor/Apprenti
: Je n'en ai pas besoin.

But/Projet
:

MessageSujet: Re: INTRIGUE - L'attaque des Chiens - Rivière - Part. I   23/1/2013, 22:05

Griffe Flamboyante


Depuis qu’il était chaton, Griffe Flamboyante avait vécu des centaines, voire même peut-être des milliers, de nuit comme celle-là. Aucun son ne venait gâchait le silence à part celui de la rivière qu’on entendait au loin. Quand on y vivait à coté depuis quarante lunes, on n’y faisait même plus attention. C’était pour cette raison que le vétéran dormait à pattes fermées ce soir. Quelques rêves d’une enfance lointaine peuplaient son sommeil mais bientôt, alors que les premiers rayons du soleil rosissaient le ciel, il fut tiré des bras de Morphée. Les oreilles aux aguets, il finit par redresser la tête.
Dans le camp, le bruit d’une cavalcade résonnait. Quelques vibrations arrivèrent même jusqu’à ses coussinets. Bien sûr, il savait qu’il n’y avait pas vraiment de danger. Les pas n’étaient pas aussi lourds que ceux d’un blaireau et si un renard s’était introduit dans leur fortifications, il l’aurait fait avec bien plus de discrétion. Il devait s’agir d’un des chats du clan : aucune inquiétude.
Cependant, un détail poussa le rouquin à sortir de son antre. Le bruit venait de la tanière du guérisseur et se dirigeait vers celle d’Etoile du Présage. Les sourcils froncés, le matou posa une patte dehors et eut tout juste le temps d’apercevoir Museau de Givre qui s’engouffrait dans la grotte. Ce chat donnait toujours l’impression d’être pressé, quoiqu’il fasse. Mais habituellement, personne n’aurait douté du calme avec lequel il agissait. Aujourd’hui, c’était différent. On aurait presque dit qu’il était paniqué. Presque.

Malheureusement, quelques minutes plus tard, les doutes qu’avait le vétéran se durcirent. La meneuse poussa l’appel destiné à tous les félins en âge de chasser et quand tout le monde fut rassemblé autour d’elle, le guérisseur prit la parole. Au départ, Griffe Flamboyante ne comprit pas pourquoi, mais dès les premiers mots, la lumière se fit dans son esprit. Le rêve venait de Museau de Givre lui-même et aux vues de la situation, mieux valait qu’il n’y ait pas de quiproquos. Surtout que les détails quant à ce qui les attendait n’étaient pas bien nombreux, pour ne pas dire pas nombreux du tout.
Vint ensuite l’annonce d’une patrouille. Tout de suite sur ses gardes, le vétéran se leva et, quand la guérisseur annonça qu’il en prenait le commandement, hocha la tête. Il était honoré qu’on lui confie une telle mission, surtout qu’avec les antécédents de casse-cou qu’il avait, ça n’avait pas été gagné d’avance. Mais l’heure n’était pas aux réflexions : il fallait agir.
Quand le discours du félin aux longs poils s’acheva, le rouquin réunit ses troupes autour de lui pour leur donner les consignes.

- Vif Éclair, tu fermeras la marche : si on fait de mauvaises rencontres, tu seras chargé d’aller prévenir le reste du clan. Je passerai devant tandis que Plume d’Eau, Nuage de Charbon et Nuit, vous resterez entre nous. Une précision pour toi, Nuit : comme l’a dit Museau de Givre, tu dois absolument faire tout ce qu’on te dit de faire. Nous n’avons aucune idée de ce qu’on doit chercher et encore moins de ce qu’on va trouver. Donc fais attention à toi. C’est valable pour vous tous d’ailleurs.

Sa dernière phrase avait résonné un peu plus fort, pour que tous l’entendent et la comprennent. Comme à chaque fois que les chats d’antan envoyaient ce genre de message flou, le pire était à craindre.
Après un dernier regard pour tous les membres de la patrouille, Griffe Flamboyante se mit en route. Le soleil venait à peine de se lever, mais ils n’avaient pas toute la journée pour faire le tour du territoire, surtout qu’avec la saison des feuilles mortes, la lune se levait tôt. Très tôt. Malgré toute l’expérience qu’il pouvait avoir, le vétéran ne se sentait absolument pas de guider une patrouille, la nuit, avec une telle menace au-dessus de la tête. Surtout qu’avec eux, il y avait une toute jeune apprentie et un solitaire sorti de nulle part.
_________________


[Quand tout le monde aura répondu sur ce topic-là, je posterai le début de la patrouille aux chûtes (pour le début de la patrouille en elle-même), puis au pont des bipèdes (pour la suite et fin de la patrouille). Chaque topic ne fera qu'un ou deux tours de réponses, pas plus, mais ça risque de prendre quand même du temps. Donc essayons d'aller vite :D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

INTRIGUE - L'attaque des Chiens - Rivière - Part. I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cameleon sur eBay: pourquoi ça part si peu cher?
» L’ONE introduit en Bourse une part de son capital dans EET
» Titi part en pension - Titi vertrekt met pensioen
» Départ anticipé
» Les Chiens !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Corbeille des RPs-